L’ActualitĂ© de Lien Social RSS


🖋 Autoportrait de travailleur social ‱ Maximilien Bachelart, Docteur en psychologie et psychothĂ©rapeute, superviseur au sein d’établissements de protection de l’enfance.

«  Je crois que je suis passionnĂ© par les constructions que les gens montent dans leur tĂȘte, les arrangements avec la rĂ©alitĂ©, la façon dont on peut ĂȘtre finalement son propre ennemi.  »



Quel mot associez-vous spontanĂ©ment au travail social ?

« DeuxiĂšme chance », peut-ĂȘtre de maniĂšre idĂ©ale, je me dis que c’est le moment de la saisir aprĂšs un parcours dĂ©favorable sur le plan social, sociĂ©tal, Ă©ducatif, financier
 Il s’agit d’une opportunitĂ©, d’un essai Ă  transformer. C’est donc le moment de se montrer crĂ©atif et certainement pas celui de refaire faire le cheminement classique Ă  des familles qui, par dĂ©finition, n’ont pas rĂ©ussi les recettes habituelles.


Pour quelles raisons avez-vous choisi votre mĂ©tier ?

Une systĂ©micienne belge disait lors d’une interview que j’avais menĂ©e, que les psys ou les thĂ©rapeutes faisaient ce mĂ©tier parce qu’ils avaient Ă©chouĂ© Ă  guĂ©rir leurs parents !
Je crois que je suis passionnĂ© par les constructions que les gens montent dans leur tĂȘte, les arrangements avec la rĂ©alitĂ©, la façon dont on peut ĂȘtre finalement son propre ennemi. Se mentir Ă  soi-mĂȘme, ĂȘtre tĂȘtu jusqu’à se perdre, constituent des Ă©lĂ©ments humains intemporels qui m’intriguent, je dois avoir une curiositĂ© pour la nature humaine.
C’est intĂ©ressant pour moi de savoir que la clef se situe Ă  l’intĂ©rieur des gens mĂȘme s’ils pensent le contraire.


Quelle formation avez-vous suivie ?

J’ai traversĂ© quatre universitĂ©s jusqu’au doctorat. Ça n’était pas prĂ©vu comme cela mais c’était trĂšs riche puisque j’ai pu adopter diffĂ©rents points de vue, notamment au Canada. Je me suis formĂ© Ă  la thĂ©rapie cognitive et comportementale, Ă  l’hypnose, Ă  la systĂ©mie, puis j’ai suivi quelques petites formations çà et lĂ  sur des techniques de thĂ©rapie, sur la nĂ©gociation de crise Ă©galement.


Quel est votre meilleur souvenir professionnel ?

J’en ai plusieurs, les plus intĂ©ressants sont ceux relatifs Ă  des expĂ©riences de supervision d’équipe. Demander Ă  dĂ©couvrir l’histoire d’un jeune, voir l’équipe au fond de l’impasse, puis lui poser une, deux puis trois questions. Plus vous l’interrogez, plus elle rĂ©alise qu’elle a suivi une route parmi les dizaines possibles.
Puis les Ă©motions ressortent et, en proposant des idĂ©es ou une autre vision de la situation, notamment en se mettant Ă  la place des diffĂ©rents membres de la famille, les Ă©motions premiĂšres redescendent et l’envie de redĂ©couvrir cette famille prennent place chez l’équipe. Je me souviens d’un Ă©ducateur trĂšs en colĂšre contre un jeune : il avait intĂ©grĂ© le discours de la mĂšre sans rien connaĂźtre de l’histoire familiale en dehors du discours fermĂ© qui rendait le problĂšme insoluble. Il n’était pas content que je le bouscule ; puis Ă  la supervision suivante, il Ă©tait fier d’avoir pu Ă©claircir ce marasme incomprĂ©hensible. Il avait des questions pour la famille qui se mettait enfin en mouvement, plutĂŽt que d’échouer Ă  donner des rĂ©ponses Ă  la mĂšre
 il a fait travailler le systĂšme plutĂŽt que de s’épuiser en vain.
Les moments les plus magiques pour moi sont lorsqu’une Ă©quipe se focalise sur des symptĂŽmes violents et incontrĂŽlables (fugues, scarifications, conduites Ă  risque), dĂ©missionne et se sent incompĂ©tente, puis se met Ă  rĂ©flĂ©chir et travailler son fonctionnement (sa façon de penser, de rĂ©agir, ses rituels) et observe avec Ă©tonnement que tous Les symptĂŽmes qui paraissaient insurmontables disparaissent : quand le groupe sert la cause individuelle plutĂŽt que d’ĂȘtre une machine.


Le pire ?

Je ne prĂ©fĂšre ne pas donner de pire souvenir, c’est finalement assez sordide. Disons qu’en tout cas, pour moi, les pires surviennent quand tout un systĂšme cautionne et valide l’inverse de ce qu’il est censĂ© effectuer comme mission de service public et reporte la responsabilitĂ© sur le jeune
 Quand objectivement, le travail n’a pas Ă©tĂ© fait et que subjectivement l’affaire semble trop personnelle, j’imagine toujours un journaliste ou un auditeur extĂ©rieur qui serait atterrĂ©.
On ne peut pas demander aux gens de transcender leurs conditions de vie, chambouler leurs habitudes et avoir l’espoir de dessiner une nouvelle trajectoire si les professionnels ne sont pas capables de faire la moitiĂ© de cela. Les sorties sĂšches d’un jeune Ă  l’aide sociale Ă  l’enfance (ASE) depuis 15 ans, me rendent dingue, surtout quand personne ne se sent responsable



Quels sont vos livres de chevet ?

RĂ©vĂ©ler la crĂ©ativitĂ© des Ă©quipes Ă©ducatives avec l’approche systĂ©mique de Maximilien Bachelart ! (Éd. ESF Sciences humaines, 2021).
Mais surtout deux ouvrages qui m’ont inspirĂ©, trĂšs clairs et accessibles : La compĂ©tence des familles (Éd. ÉrĂšs, 1995) de Guy Ausloos et Familles en structure d’accueil de Dominique MĂ©rigot (Éd. L’Harmattan, 1999), deux personnages adorables que j’ai eu la chance de rencontrer sur leurs terres !




Retrouvez les précédents autoportraits

🖋 Murielle A., Ă©ducatrice spĂ©cialisĂ©e en centre d’hĂ©bergement et de rĂ©insertion sociale (CHRS)

🖋 Thierry Trontin, co-gĂ©rant de la SCOP Voyageurs-Éducateurs et d’un lieu de vie et d’accueil

🖋 Laurence, rĂ©fĂ©rente de parcours du Programme de rĂ©ussite Ă©ducative

🖋 Romain Dutter, ex-coordinateur culturel au centre pĂ©nitentiaire de Fresnes

🖋 Yazid Kherfi, mĂ©diateur tout terrain

🖋 Claude, assistante de service social en polyvalence de secteur

🖋 Patrick Norynberg, formateur consultant en politique publique, cofondateur et prĂ©sident de la RĂ©gie de quartier du Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis)

🖋 Émilie Philippe, Ă©ducatrice de jeunes enfants, membre du collectif Pas de bĂ©bĂ©s Ă  la consigne depuis sa crĂ©ation en 2009.

🖋 Florent GuĂ©guen, directeur de la FĂ©dĂ©ration des acteurs de la solidaritĂ© (FAS)

🖋 LĂ©a Turchi, assistante de service social, coordinatrice Ă  la mission interface au Samusocial de Paris

🖋 Sadek Deghima, chef de service d’un club de prĂ©vention spĂ©cialisĂ©e

🖋 Lucile Bourgain, monitrice-Ă©ducatrice

🖋 Tristan Montaclair-Le Foulgoc, Ă©ducateur de jeunes enfants qui travaille avec des adolescents

🖋 Cristel Choffel, conseillĂšre technique de service social

🖋 Driss Blal, Ă©ducateur spĂ©cialisĂ©, chef de projet au cƓur d’un dispositif mis en place par un collectif d’habitants originaires du quartier populaire oĂč il a grandi Tarbes (Hautes-PyrĂ©nĂ©es)

🖋 Laure, assistante de service social en service spĂ©cialisĂ© « Familles »

🖋 Vince, l’éduc spĂ©cial, agitateur spĂ©cialisĂ©, dessinateur, chroniqueur, auteur, et accessoirement chef de service Ă©ducatif...

🖋 Julie (1), 33 ans, cheffe de service dans une structure accompagnant des mineurs isolĂ©s Ă©trangers

🖋 Carlos Lopez, Ă©ducateur Ă  la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) depuis 1999

🖋 Charline Olivier, intervenante sociale en gendarmerie

🖋 Antonio ArgĂŒelles BalletbĂł, Ă©ducateur dans un centre rĂ©sidentiel d’action Ă©ducative (1) des Filles de la CharitĂ©, Fondation sociale Ă  Barcelone (Espagne)

🖋 Sylvie Kowalczuk assistante de service social en polyvalence, formatrice occasionnelle, auteur

🖋 FrĂ©dĂ©ric Maignan, formateur indĂ©pendant en travail social

🖋 Émilie Mocellin, Ă©ducatrice spĂ©cialisĂ©e indĂ©pendante

🖋 Vivien Laplane, Ă©ducateur spĂ©cialisĂ©, auteur, confĂ©rencier, bloggeur, et accessoirement sourd appareillĂ© oralisant

🖋 Sophie Gaillard, secrĂ©taire mĂ©dico-sociale dans deux services d’éducation et de soins spĂ©cialisĂ©s Ă  domicile (Sessad) en rĂ©gion PACA

🖋 Jean-Marie Vauchez, Ă©ducateur spĂ©cialisĂ© et formateur, membre du Haut conseil du travail social (HCTS)

🖋 Ingrid Romane, Ă©ducatrice en maison d’enfants Ă  caractĂšre social dans le var

🖋 Xavier Bouchereau, chef de service en protection de l’enfance et consultant indĂ©pendant

🖋 StĂ©phanie Liatard, travailleuse sociale au QuĂ©bec, Canada

🖋 JĂ©rĂŽme Beaury, directeur-adjoint auprĂšs de la Direction de l’enfance et de la famille du Calvados, en charge de l’Aide sociale Ă  l’enfance et auteur

🖋 Romane Glotain, Ă©ducatrice spĂ©cialisĂ©e et prĂ©sidente de l’association "Le Jardin des Maux’passants en Loire-Altantique. Elle promeut les jardins thĂ©rapeutiques.


Vous ĂȘtes tentĂ©s par l’exercice d’autoportrait de travailleur social ? Vous souhaitez partager votre expĂ©rience ? N’hĂ©sitez Ă  nous contacter Ă  l’adresse suivante : katia.rouff@lien-social.com