Le 30 juin 2020 | Critiques de livres

Le sacrifié de Castelluccio

Isabelle Chaumard


Éd. Le mot et le reste, 2020, (182 p. – 17€)

Thèmes : Protection de l’enfance, Violence

L’assistante sociale au coeur d’un polar
Il y a, d’abord, Jean-Baptiste mort à 16 ans, comme 160 des 1 200 enfants esclaves contraints, entre 1855 et 1866, d’assainir douze heures par jour des marais de Castelluccio pour y planter des arbres fruitiers, sous la férule de bagnards brutaux et sans pitié.
Il y a ensuite Marie Rosier, assistante sociale chargée d’évaluer le danger de mineurs maltraités, confrontée à l’engorgement d’un dispositif qui, pour être dans l’incapacité de répondre aux besoins, n’en hésite pas moins à en rendre responsables les travailleurs sociaux.
Il y a enfin Abram, adolescent de 16 ans, interné en psychiatrie après avoir fracturé la mâchoire de sa mère : il est atteint du syndrome de Cotard qui lui fait croire qu’il est déjà mort.
Au croisement de ces personnages, trois adolescents morts d’une injection d’insuline. Partant de faits historiques et de l’état contemporain de la protection de l’enfance, ce roman noir voit très vite son rythme s’accélérer, menant le lecteur de surprise en surprise, dans un suspense haletant.

Jacques Trémintin


Dans le même numéro

Critiques de livres

Julie Jézéquel et Baptiste Miremont,

L’école me déteste,

Hervé Mestron

Je suis venu te chercher

Alain Bellet

Russian express

Mireille Disdero

Le prix de chaque jour

Jean-Luc Luciani

Barjoland

Fanny Vandermeersch

Phobie

Julia Billet et Manon Ficus

Des feuilles et des branches

Shigematsu Narumi

Running Girl, tome 1

Dominique Corazza

Temps de cerveau disponible

Philippe Pourtalet

Il minuscule

Philippe Amar

Le petit roi du monde