| Critiques de livres

Des feuilles et des branches

Julia Billet et Manon Ficus


Éd. Calicot, 2018, (157 p. – 9,50€)

Thèmes : Autisme, Mineur étranger

Parler sans mots
Ni l’un, ni l’autre ne communique facilement.
Illana, 14 ans, parce qu’elle ne se sent pas comme les autres. Elle a été diagnostiquée autiste.
Thala, 16 ans, parce qu’il maîtrise bien mal le français. Il a fui la guerre qui a tué toute sa famille et a trouvé refuge en France. Ils se côtoient dans le même collège.
Chaque chapitre donne alternativement la parole aux deux enfants qui décrivent le monde dans lequel ils se sentent enfermés. Cette errance douloureuse d’une année, cette solitude et ce désespoir, pour lui ; ce rejet des autres enfants qui la traitent de débile, pour elle.
C’est l’amour réciproque des arbres qui va les rapprocher et leur permettre de se comprendre encore mieux que s’ils échangeaient avec des mots. Rompre le silence qu’ils ont inventé ensemble risquerait de les faire fuir. Singuliers dans leur différence, ils ont trouvé un langage commun : celui d’un cahier de dessin dans lequel ils se racontent leurs secrets.

Jacques Trémintin


Dans le même numéro

Critiques de livres

Julie Jézéquel et Baptiste Miremont,

L’école me déteste,

Hervé Mestron

Je suis venu te chercher

Alain Bellet

Russian express

Mireille Disdero

Le prix de chaque jour

Jean-Luc Luciani

Barjoland

Fanny Vandermeersch

Phobie

Shigematsu Narumi

Running Girl, tome 1

Dominique Corazza

Temps de cerveau disponible

Isabelle Chaumard

Le sacrifié de Castelluccio

Philippe Pourtalet

Il minuscule

Philippe Amar

Le petit roi du monde