| Critiques de livres

Je suis venu te chercher

Hervé Mestron


Ed. Le Muscadier, 2019, (100 p. – 10,50€)

Thème : Politique

De chaque côté du mur
Deux jeunes qui, musiciens dans le même orchestre, tombent amoureux, c’est plutôt classique. Ce qui l’est moins, c’est quand un mur est édifié en une nuit, scindant leur ville en deux et les condamnant à ne plus jamais se revoir. C’est sans compter sur leur persévérance et leur fidélité qui seront plus fortes que le totalitarisme qui les éloigne. Hervé Mestron nous fait vivre la construction du mur de Berlin à travers l’adolescence de Tabéa la violoniste vivant à l’Ouest et David, le contrebassiste, résidant à l’Est.
Cet épisode de la guerre froide qui commencé en 1962, ne s’achèvera qu’en 1989. La police politique, le parti unique, l’idéologie dominante refont surface dans ces lignes qui rappellent l’oppression quotidienne d’un régime qui prétendait faire le bonheur de ses citoyens, les enfermant dans une vaste prison.
Un hymne à la résistance qui peut faire le choix d’un affrontement frontal mais aussi emprunter des voies détournées.

Jacques Trémintin


Dans le même numéro

Critiques de livres

Julie Jézéquel et Baptiste Miremont,

L’école me déteste,

Alain Bellet

Russian express

Mireille Disdero

Le prix de chaque jour

Jean-Luc Luciani

Barjoland

Fanny Vandermeersch

Phobie

Julia Billet et Manon Ficus

Des feuilles et des branches

Shigematsu Narumi

Running Girl, tome 1

Dominique Corazza

Temps de cerveau disponible

Isabelle Chaumard

Le sacrifié de Castelluccio

Philippe Pourtalet

Il minuscule

Philippe Amar

Le petit roi du monde