L’Actualité de Lien Social RSS


5 décembre 2014

La ville de Paris lance son plan hiver pour les SDF

Dans le cadre de son plan hiver, en soutien au dispositif déjà mis en place par la préfecture de région, 12 gymnases seront mis à disposition par la mairie, par roulement, pour des ouvertures de 3 semaines chacun. Le premier d’entre eux se situe près de la place des Invalides et dispose de 50 lits. Pour avoir un lit, il faut avoir été orientés par le samu social, des associations, des travailleurs sociaux. Personne ne peut venir de lui-même, comme le découvre un SDF, obligé de faire demi-tour. "C’est dur, mais les inscriptions sont faites en amont, toutes les places sont en principe occupées. Si un SDF ne vient pas un soir, on appelle le 115 pour dire qu’il reste des lits", explique Louis Michel, responsable du gymnase. Le site ouvre à 18H00, et les sans-abri y restent jusqu’au lendemain 09H00, où ils sont remis à la rue après un petit déjeuner, pour que les lieux soient nettoyés. Mais "le lit, vous allez le retrouver tous les soirs, pendant 21 jours", soit toute la durée d’ouverture du gymnase, explique-t-il à chaque nouvel arrivant. Au terme des trois semaines, le SDF doit retourner vers la structure qui l’a orienté pour être réinscrit. Ces gymnases s’ajoutent aux près de 2.400 places mobilisables durant l’hiver par la région Ile-de-France, en plus des 45.000 places ouvertes toute l’année.


4 décembre 2014

Propos sur les Roms : le tribunal pas compétent pour juger Valls

Le parquet de Paris a estimé jeudi que le tribunal correctionnel n’était pas compétent pour juger le Premier ministre Manuel Valls, poursuivi par une association pour provocation à la haine en raison de propos sur les Roms lorsqu’il était ministre de l’Intérieur. L’association la Voix des Roms poursuit M. Valls pour provocation à la haine raciale en raison de propos tenus en mars et septembre 2013. Alors ministre de l’Intérieur, il avait déclaré que "les Roms ont vocation à rester en Roumanie ou à y retourner", ou encore qu’ils ont "des modes de vie extrêmement différents des nôtres qui évidemment sont en confrontation". Ces propos avaient suscité une vive polémique. Le procureur Anne Coquet estime que les propos de Manuel Valls "ne sont pas détachables de sa fonction de ministre de l’Intérieur" d’alors. La 17e chambre correctionnelle rendra son jugement sur cette question le 19 décembre.


4 décembre 2014

Armée du Salut : campagne sur les "combats silencieux"

L’armée du Salut lance une campagne de sensibilisation sur ses "combats silencieux", alors que sera célébrée vendredi la journée du bénévolat. L’affiche montre une femme allongée dans la rue, sous des couvertures. Le slogan : "Il n’y a que sur les champs de bataille qu’on devrait enjamber les corps". Ces affiches sont déployées dans le métro parisien, sur les murs de la région Ile-de-France, ainsi que ceux de 200 villes en France. La campagne sera également relayée à la radio. Les dons adressés à l’Armée du Salut permettent à l’association, selon ses propres sources, de "servir plus de 3.400.000 repas par an au niveau national, et de fournir 1.740.000 journées d’hébergement, dont 76% pour des adultes en situation de précarité, 17% pour des personnes en situation de dépendance et 7% pour des enfants et adolescents". L’association compte plus de 3.000 bénévoles et près de 2.000 salariés.


4 décembre 2014

Prime de Noël : une reconduction... sans hausse

La prime de Noël, aide exceptionnelle destinée aux plus démunis, sera reconduite mais pas augmentée a déclaré la ministre Marisol Touraine qui précise que "1.830.000 personnes percevront cette prime versée une semaine avant Noël". A 152 euros pour une personne seule et 320 euros pour un couple avec deux
enfants, "les montants versés ne bougeront pas" mais "le nombre de bénéficiaires, lui, augmente sous l’effet de la crise et du nombre d’allocataires", ajoute Mme Touraine, qui précise que "cela représente un coût global de 400 millions d’euros". Cette prime est destinée aux bénéficiaires de certains minima sociaux (RSA, allocation de solidarité spécifique, allocation équivalent retraite et allocation transitoire de solidarité). La prime de Noël avait été attribuée pour la première fois en 1998 par le gouvernement Jospin sous la pression de mouvements de chômeurs, qui réclament depuis des années qu’elle soit sensiblement augmentée et que le champ de ses bénéficiaires soit élargi.


4 décembre 2014

Restos du Coeur Pas-de-Calais (suite) : 50000 euros du gouvernement

Le gouvernement "va apporter un soutien financier de 50.000 euros" aux Restaurants du coeur, après l’incendie de deux entrepôts dans le Pas-de-Calais, a annoncé jeudi la ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine, "pour permettre le rachat rapide de denrées alimentaires et faire en sorte qu’ils remplissent leur mission".


3 décembre 2014

Restos du Coeur Pas-de-Calais : Appel au don suite incendie

Les Restos du Coeur vont reprendre au plus tard jeudi la distribution de repas dans le bassin minier du Pas-de-Calais, mais maintiennent leur appel à la solidarité après l’incendie qui a détruit, mardi, deux entrepôts contenant 300 palettes de denrées alimentaires, soit quelque 90 tonnes. Les vivres détruits - ainsi que des jouets de Noël - étaient destinés aux quelque 15.000 personnes bénéficiant habituellement de l’aide des Restos du Coeur dans l’ancien bassin minier du Pas-de-Calais, une zone affectée par une pauvreté et un chômage élevés. Devant l’ampleur du désastre, un appel à "une chaîne de solidarité", notamment auprès de la grande distribution, a été lancé.


2 décembre 2014

Marseille : polémique autour d’une carte santé pour les sans-abri

Un collectif s’annonçant comme étant composé de sans-abri s’est élevé contre une "carte de secours" distribuée à Marseille aux SDF et présentant des informations sur leur santé. "Des polémiques absurdes" selon la mairie. "Sur ce badge qui doit être attaché à l’extérieur et être visible sera écrit le nom, le prénom de la personne et le numéro de sécurité sociale. Il y aura aussi les maladies chroniques que la personne a, comme le diabète, l’insuffisance cardiaque, mais aussi le VIH et la schizophrénie", écrit le collectif "Le jugement dernier".

"Je suis scandalisé par les polémiques absurdes autour de la carte de secours distribuée par le Samu Social, qui remettent en cause non seulement la nécessité absolue de ce dispositif pour les personnes sans domicile fixe mais également les engagements de la Ville de Marseille, du Samu Social et de ses bénévoles pour venir en aide aux plus démunis", a réagi Xavier Mery, adjoint au maire de Marseille délégué à l’intégration et à la lutte contre l’exclusion.


2 décembre 2014

Rapport ONS : 1 Français sur 50 décède par suicide

Un Français sur cinquante décède par suicide et un sur vingt déclare avoir fait une tentative au cours de sa vie. Alors que la France bénéficie d’une espérance de vie élevée, son taux de suicide est parmi les plus hauts en Europe. Outre ce constat, le premier rapport de l’Observatoire national du suicide (ONS) met en évidence des inégalités sociales très marquées, témoignant du fait que le suicide, drame individuel, est aussi un fait social.

L’Observatoire national du suicide, créé en 2013, publie ici son premier rapport remis, le 2 décembre 2014, à la ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits de femmes. Celui-ci propose un état des lieux des connaissances sur le suicide et les tentatives de suicides.

Ce document constitue un premier état des lieux des connaissances sur le suicide et les tentatives de suicide. Trois dossiers apportent un éclairage nouveau sur les systèmes d’information sur les suicides et les tentatives de suicide, sur les actions de prévention et sur la recherche en matière de comportement suicidaire. Enfin, ce premier rapport propose des recommandations, dont la mise en œuvre sera suivie par l’Observatoire, et qui seront complétées dans les rapports ultérieurs.


2 décembre 2014

Un homme condamné pour avoir refusé d’être défendu par un avocat aveugle

Un homme a été condamné par le tribunal correctionnel de Paris pour avoir injurié et outragé l’avocat désigné pour le défendre, qu’il avait éconduit car il refusait d’être défendu par un aveugle, en l’occurrence l’avocat Me Bréard. Le prévenu a été jugé en comparution immédiate le 21 novembre pour injure envers une personne en raison de son handicap et outrage envers une personne chargée d’une mission de service public. Pour la totalité des faits, il a été condamné à trois mois de prison et à verser 1.000 euros de dommages et intérêts à Me Bréard, ainsi qu’un euro à l’Ordre des avocats de Paris, qui s’était constitué partie civile.


2 décembre 2014

Pau : pas de procès pour une mère double infanticide

La chambre d’instruction de la Cour d’appel de Pau a confirmé mardi 2 décembre l’irresponsabilité pénale d’une femme d’une trentaine d’années, qui avait avoué le meurtre de ses enfants de 6 ans et 5 mois en 2012 mais ne sera donc pas jugée, a-t-on appris de source judiciaire. En septembre déjà, le parquet avait estimé que la mère était pénalement irresponsable, après que trois expertises, dont deux effectuées par des psychiatres, eurent établi que son discernement était aboli au moment des faits. La décision a été assortie, comme le réclamaient le Parquet et le père des enfants, partie civile, d’une mesure d’interdiction d’entrer en contact avec le père pendant une période de 20 ans. "Cette décision établit la matérialité des faits mais aussi l’absence de responsabilité pénale. Il n’y aura donc pas de procès", a expliqué Jean-Christophe Muller, procureur de la République de Pau.

La mère demeure pour sa part en établissement psychiatrique sur décision médicale. Elle avait fait l’objet d’une hospitalisation psychiatrique d’office quelques jours après les faits.