N° 901 | Le 16 octobre 2008 | Dossiers

La prise en charge des délinquants sexuels à l’extérieur de la prison

Caroline Lefebvre

Thèmes : Justice, Prison

Parler pour ne pas rechuter. Au service pénitentiaire d’insertion et de probation de Besançon, comme à celui d’Angoulême, deux conseillères d’insertion et de probation animent un groupe de parole pour délinquants sexuels à l’extérieur de la prison. Une expérience mise en place après un cheminement de trois ans mais dont la généralisation, voulue par le ministère de la Justice, pose de nombreuses questions.

Ce contenu est réservé aux abonnés à la version numérique de Lien social

Vous êtes abonné(e) ?

Connectez-vous pour accéder en ligne aux contenus de Lien Social.

Vous n’êtes pas abonné(e) ?

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le site.

S’abonner

Dans le même numéro

Dossiers

« Je trouve extrêmement risqué de généraliser ce type d’intervention »

Pierre Lamothe est le chef du service médico-psychologique régional (psychiatrie en milieu pénitentiaire) de Lyon.

Lire la suite…

« Ils ont autant sinon plus besoin d’éducatif que de thérapeutique »

Roland Coutenceau, psychiatre des hôpitaux, criminologue et président de la Ligue française de santé mentale, est membre d’un conseil de pilotage au ministère de la Justice sur la question des groupes de parole.

Lire la suite…