N° 885

| du 22 mai 2008

Lien Social numéro 885 est épuisé.


Dossiers

« Nous voulons rejoindre le droit commun »

Entretien avec Isabelle Schweiger, travailleuse du sexe en formation d’assistante sociale et salariée de l’association de santé communautaire Grisélidis à Toulouse.

Lire la suite…

Cabiria : au côté des travailleurs du sexe

À Lyon, l’association Cabiria mène un travail autour de trois pôles : une action de santé communautaire sur le terrain, des travaux de recherches sur les travailleurs du sexe et la migration, et l’accès au savoir et à la culture par le biais de l’université solidaire.

Lire la suite…

Soutenir les femmes chinoises qui se prostituent

Le Lotus Bus, de Médecins du Monde, assure des permanences pour les femmes chinoises qui se prostituent à Paris. À ces personnes isolées, ne parlant pas le français, il propose un programme de réduction des risques, d’accès aux soins et aux droits.

Lire la suite…

Une prostitution qui a changé de visage

La délégation parisienne du Mouvement du Nid soutient les femmes qui désirent sortir de la prostitution et se reconstruire. Depuis une dizaine d’années, elle rencontre en majorité des femmes originaires de pays de l’Est et de pays africains anglophones.

Lire la suite…

La prostitution : champ de bataille des associations

Une sorte de guerre se joue entre les associations qui interviennent auprès des prostituées. Une guerre idéologique selon qu’elles considèrent la prostitution comme une inadaptation sociale ou comme un métier. Positions qui conditionnent également le travail social réalisé sur le terrain : faire sortir les personnes de la prostitution ou bien reconnaître aux travailleurs du sexe des droits équivalents à tous les citoyens. Deux approches si éloignées l’une de l’autre, qu’elles n’ont même pas réussi à s’unir dans une opposition commune à la loi de sécurité intérieure et à ses effets dramatiques sur les personnes prostituées.

Lire la suite…

Décryptage

Comment ne pas s’occuper des prisons

Les condamnations ne cessent de pleuvoir sur l’État français et pourtant rien n’y fait : les conditions de détention restent inhumaines, et la surpopulation carcérale bat ses propres records. Les priorités brûlantes des pouvoirs publics – rétention de sûreté, puis révision de l’ordonnance de 1945 – empêchent visiblement l’émergence de la loi pénitentiaire, comme celle du Contrôleur général des prisons

Lire la suite…

Critiques de livres

Sous la direction de Marcel Nuss

Handicaps et sexualités - Le livre blanc

Maîtresse Nikita & Thierry Schaffauser

Fières d’être putes