N° 885 | Le 22 mai 2008 | Décryptage

Comment ne pas s’occuper des prisons

Joël Plantet

Les condamnations ne cessent de pleuvoir sur l’État français et pourtant rien n’y fait : les conditions de détention restent inhumaines, et la surpopulation carcérale bat ses propres records. Les priorités brûlantes des pouvoirs publics – rétention de sûreté, puis révision de l’ordonnance de 1945 – empêchent visiblement l’émergence de la loi pénitentiaire, comme celle du Contrôleur général des prisons

Ce contenu est réservé aux abonnés à la version numérique de Lien social

Vous êtes abonné(e) ?

Connectez-vous pour accéder en ligne aux contenus de Lien Social.

Vous n’êtes pas abonné(e) ?

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le site.

S’abonner