N° 985 | Le 16 septembre 2010 | Dossiers

Un cadre de référence pour les séjours de rupture

Jacques Trémintin

Thème : Délinquance

Qui dit séjour de rupture ne dit pas financement sans aucun contrôle. Bien au contraire, les associations organisatrices considèrent que leur crédibilité est liée à leur capacité de transparence. Explications.

Ce contenu est réservé aux abonnés à la version numérique de Lien social

Vous êtes abonné(e) ?

Connectez-vous pour accéder en ligne aux contenus de Lien Social.

Vous n’êtes pas abonné(e) ?

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le site.

S’abonner

Dans le même numéro

Dossiers

Le permis pour mieux conduire sa vie

En marge des journées nationales de la prévention spécialisée qui se sont tenues à Paris les 3 et 4 juin, l’union parisienne a souhaité faire connaître l’un des outils éducatifs qu’elle a mis en place : une auto-école associative.

Lire la suite…

Reportage dans un séjour de rupture au Sénégal

Mais que se passe-t-il donc dans ces séjours de rupture dont on dit beaucoup de choses positives ou négatives sans trop savoir de quoi il retourne vraiment. Lien Social s’est rendu sur place au Sénégal, à la rencontre du jeune Axel, 16 ans, pour comprendre comment tout cela fonctionne.

Une trentaine de professionnels, sans compter les six veilleurs de nuit, encadrent et contiennent dix jeunes pendant neuf mois en moyenne. Tout est mis en œuvre pour qu’ils puissent se reconstruire : éloignement d’un univers pathogène, dépaysement et perte de repères, taux d’encadrement important, réaction au moindre faux pas, “vivre avec”, rencontre avec des gens pauvres et généreux, valorisation et sensation d’être aimé… peut-être pour la première fois pour certains

Lire la suite…

Aider l’enfance en danger, en France et au Sénégal

Entretien avec Michèle Buron-Millet, directrice de Vivre-ensemble - Madesahel.

Lire la suite…