N° 960 | Le 11 février 2010 | Dossiers

Quand les ados incasables trouvent leur place

Jacques Trémintin

Thème : Adolescence

Le terme « incasables » désigne ces jeunes en grande difficulté qu’aucune institution n’arrive à accompagner dans la continuité. Ces adolescents mettent en échec tous les dispositifs prévus pour les accueillir. Pourtant quelques structures, parce qu’elles ont su inventer un autre mode de prise en charge, réussissent là où beaucoup ont échoué. C’est le cas de la Villa Préaut qui propose depuis 30 ans une pédagogie originale centrée sur la souffrance des jeunes filles qu’elle reçoit, ou du réseau d’observation croisée (ROC) qui a mis sur pied un véritable travail de partenariat pour observer et comprendre le jeune avant de lui proposer une réponse adaptée.

Ce contenu est réservé aux abonnés à la version numérique de Lien social

Vous êtes abonné(e) ?

Connectez-vous pour accéder en ligne aux contenus de Lien Social.

Vous n’êtes pas abonné(e) ?

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le site.

S’abonner

Dans le même numéro

Dossiers

La Villa Préaut, trente ans de prise en charge d’incasables

Certains jeunes se font exclure successivement de leurs lieux d’accueil. À la Villa Préaut, à Villiers-sur-Marne, on leur dit en entrant, qu’on ne les renverra pas. Cela dure depuis bientôt trente ans… et ça tient. Radiographie d’un fonctionnement qui marche.

Lire la suite…

Travailler en réseau dans l’observation

Une collaboration entre professionnels qui pouvait sembler difficile à concrétiser s’est pourtant réalisée en Loire-Atlantique, pendant quelques années, ouvrant de nouvelles perspectives dans les modalités d’intervention. L’exemple du réseau d’observation croisée (ROC).

Lire la suite…

« De plus grandes difficultés psychiatriques »

Rencontre avec Monique Pacot, directrice de la Villa Préaut.

Lire la suite…