N° 759 | Le 30 juin 2005 | jacques Trémintin | Dossiers

Procès d’Angers : une institution derrière ses salariés

Quoi de plus terrifiant, pour une institution chargée de la protection de l’enfance que de constater qu’elle n’a rien vu des agressions sexuelles subies par des dizaines d’enfants dans les familles que, pourtant, elle suivait ? Pour aider ses salariés à dépasser la sidération dans laquelle ils étaient plongés, la direction du développement social et des solidarités du Maine-et-Loire a mené une action exemplaire.

Ce contenu est réservé aux abonnés à la version numérique de Lien social

Vous êtes abonné(e) ?

Connectez-vous pour accéder en ligne aux contenus de Lien Social.

Vous n’êtes pas abonné(e) ?

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le site.

S’abonner