N° 970 | du 22 avril 2010 | Numéro épuisé

Dossiers

Le 22 avril 2010

Menaces sur l’indépendance des CHRS

Propos recueillis par Mariette Kammerer

L’avis de Daniel Terlizzi, directeur d’Ozanam

« Actuellement nous avons un taux de remplissage de 90 %, ce qui est supérieur à la moyenne nationale. Pour l’instant je suis libre de ma politique d’admission, je n’ai pas de pression pour prendre tel type de public. Mais cela va changer avec la création du SIAO (service intégré d’accueil et d’orientation) qui prévoit de centraliser les demandes dans une perspective de remplissage et de rentabilité. Les subventions aux CHRS seraient alors fonction du nombre de personnes accueillies. Le risque est qu’on nous impose des personnes qui n’ont pas choisi d’être là et n’adhèrent pas au projet. C’est déjà un peu le cas quand on nous envoie des personnes retoquées de la loi DALO, qui voulaient un appartement et se retrouvent en CHRS. Le gouvernement fait du « sans-abrisme », il veut reloger les gens sans se soucier de l’accompagnement social, alors que la plupart d’entre eux sont loin d’être prêts à assumer tout seuls un logement. »


Dans le même numéro

Dossiers

« Il nous arrive d’inventer des problèmes »

Témoignage d’une assistante sociale du 93.

Lire la suite…

Les ressorts d’un CHRS qui fonctionne

Ozanam, à Vaulnaveys en Isère, est un bel exemple de CHRS qui fonctionne. La démarche d’insertion est centrée sur le travail en ateliers, la santé physique et mentale, et soutenue par un travail éducatif cohérent, le tout dans un cadre agréable et sécurisant. Reportage.

Lire la suite…

Les CHRS entre le marteau et l’enclume

Pris en étau entre une demande en hausse, une crise du logement, des exigences de résultats et un nombre de places insuffisant, les centres d’hébergement et de réinsertion social organisent la gestion de la pénurie en sélectionnant leurs publics. Cette sélection laisse bien souvent les plus en difficulté ou les moins insérables tourner dans le dispositif d’urgence et met à mal le principe d’inconditionnalité de l’accueil auquel ils sont tenus.

Lire la suite…