N° 1253 | du 11 juin 2019

Critiques de livres

Le 11 juin 2019 | Jacques Trémintin

L’horreur religieuse

Joseph Macé-Scaron


Éd. Plon, 2016, (198 p. – 15,90 €) | Commander ce livre

Thème : Religion

Bardés de prescriptions, cuirassés de dogmes, hérissés de certitudes, les croyants, dont on prophétisait l’irréfragable disparition ou l’interminable agonie, ne connaissent aucune limite à leurs conseils, à leurs réprimandes ni à leurs menaces. À côté de ces fidèles vivant leur foi pour eux-mêmes avec ferveur, voire dans l’exaltation, il y a ce fanatisme, ce dogmatisme et cet obscurantisme qui semblent inhérents à tout culte qui ambitionne de façonner les identités à son image et de faire plier les personnalités aux exigences de sa doctrine et de ses préjugés.

La charge de Joseph Macé-Sacron est violente. Mais est-elle vraiment imméritée ? « Ce n’est pas le croyant, mais la croyance qui m’effraie, ce n’est pas le religieux, la religion qui m’indispose », assène l’auteur (p. 7), reconnaissant à chacun la liberté de croyance du moment qu’il ne cherche pas à l’imposer aux autres.

Égrenant au fil des pages les innombrables exemples de ces religions au nom desquelles on détruit, on écrase et on anéantit, il en vient à défendre que les seules non violentes sont celles mortes ou en voie d’extinction, liquidées par des concurrentes reprenant le flambeau des persécutions dont elles sont à leur tour victimes après en avoir été les auteurs. Si la religion est un droit, l’irreligion en constitue un autre, tout aussi légitime : il n’est pas besoin de se trouver une croyance pour être confronté ou à l’infini.


Dans le même numéro

Critiques de livres

Boris Cyrulnik

Psychothérapie de Dieu