Le 15 janvier 2009 | Dossiers

« L’accompagnement, même s’il est nécessaire, est difficile à vivre »

Propos recueillis par Marianne Langlet

Phillipa Gomez a bénéficié d’un accompagnement qu’elle juge « sur mesure » dans le cadre de son RMI. Elle l’a gardé lors de son passage au RSA. Ainsi, il apparaît que lorsque les moyens étaient au rendez-vous pour l’accompagnement RMI, ils profitent aujourd’hui au RSA. En revanche, là où l’accompagnement était absent, comme cela est le cas pour plus de la moitié des bénéficiaires du RMI, le RSA souffre des mêmes lacunes

Ce contenu est réservé aux abonnés à la version numérique de Lien social

Vous êtes abonné(e) ?

Connectez-vous pour accéder en ligne aux contenus de Lien Social.

Vous n’êtes pas abonné(e) ?

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le site.

S’abonner