Le 3 juin 2004 | Propos recueillis par Katia Rouff | Dossiers

Génogramme et génosociogramme :

Pourquoi ils peuvent aider les travailleurs sociaux

Thème : Histoire

Anne Ancelin Schützerberger [1], psychothérapeute et auteur de « Aïe, mes aïeux ! », affirme que contrairement à l’idée reçue, tout n’est pas transmis par nos seuls père et mère. Ainsi une investigation des arbres généalogiques permettrait de découvrir les personnalités de chacun et d’améliorer son action en se connaissant mieux soi-même et les usagers. À la condition bien sûr de n’avoir affaire qu’à des gens formés et volontaires

[1Anne Ancelin Schützenberger organise tout au long de l’année des formations en minigroupe sur le thème transgénérationnel, génogrammes, psycho généalogie.
Contact : secrétariat de Anne Ancelin Schützenberger - 14, avenue Paul Appel - 75014 Paris. anne.schutzenberger@wanadoo.fr

Ce contenu est réservé aux abonnés à la version numérique de Lien social

Vous êtes abonné(e) ?

Connectez-vous pour accéder en ligne aux contenus de Lien Social.

Vous n’êtes pas abonné(e) ?

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le site.

S’abonner

Dans le même numéro

Dossiers

Des formations pour aider les travailleurs sociaux

L’utilisation du génogramme par le travailleur social
L’École des parents propose deux stages de 4 et 6 jours autour du génogramme. Avec « Le génogramme pour présenter une famille », le stagiaire découvre l’outil. Il permet de synthétiser sous une (...)