N° 1187 | Le 9 juin 2016 | jacques Trémintin | Dossiers

Accompagnement : jusqu’où peut-on aller trop loin ?

Liberté sexuelle et handicap

Thème : Sexualité

Alors que la question de l’accès à la sexualité pour les adultes atteints de handicap est de plus en plus prégnante, un établissement a fait un choix radical… L’action décrite ici pourrait causer de graves ennuis aux professionnels qui la mènent, s’ils pouvaient être identifiés. Aussi, les faits rapportés ont été validés par l’équipe et tout élément permettant son identification a été brouillé : les détails, lieux et noms des personnes apportant leur témoignage ont été anonymisés.

Ce contenu est réservé aux abonnés à la version numérique de Lien social

Vous êtes abonné(e) ?

Connectez-vous pour accéder en ligne aux contenus de Lien Social.

Vous n’êtes pas abonné(e) ?

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le site.

S’abonner

Dans le même numéro

Dossiers

Le handicap selon Éros • Éducation sentimentale, et plus si…

Pendant longtemps, les personnes porteuses d’un handicap ont été bannies de toute vie sexuelle. Puis est venu le temps où leur a été autorisée une vie affective, mais sous contrôle. Il fallait les protéger contre d’improbables épreuves potentiellement traumatisantes et surtout éviter toute procréation. Affectivité, certes. Mais point trop n’en fallait, quand même. Et aujourd’hui, les voilà considérées comme égales aux valides : les mêmes ressentis émotionnels, les mêmes bonheurs vécus, les mêmes souffrances endurées face au désamour.
À l’IME de Blain (Loire-Atlantique), l’éducation à la vie affective passe par l’apprentissage de la vie sociale et du respect de l’autre. Afin de vivre au mieux l’élan amoureux, on apprend d’abord à identifier les sentiments, l’intimité et le corps (les siens comme ceux d’autrui).
Une autre structure montre comment on peut pousser à l’extrême le vécu d’une sexualité qu’aucun prétexte de déficience ne saurait freiner. Cet établissement laisse vivre les adultes avec handicap, comme ils le feraient avec des valides.
Le psychanalyste Denis Vaginay revendique le registre du droit commun pour des pratiques d’éducation à la vie affective reposant sur un principe : l’égalité des êtres humains.

Lire la suite…

Vivre une sexualité de droit commun

Docteur en psychologie clinique, Denis Vaginay exerce en institution, en cabinet et comme formateur. Il en appelle à un vécu ordinaire de la sexualité chez les personnes souffrant de handicap.

Lire la suite…