Le 5 février 2015 | joël Plantet | Décryptage

Un devoir d’éducation réactivé

Rien ne serait pire que de ne plus y croire. Si les réponses à la «  radicalisation  » sont éminemment politiques, elles ne peuvent se décliner par le seul éventail d’une approche ultra sécuritaire. La prévention a son rôle à tenir. Comme jamais.

Ce contenu est réservé aux abonnés à la version numérique de Lien social

Vous êtes abonné(e) ?

Connectez-vous pour accéder en ligne aux contenus de Lien Social.

Vous n’êtes pas abonné(e) ?

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le site.

S’abonner