Le 24 novembre 2005 | Dossiers

Torturés, exilés, comment sont-ils accompagnés en France ?

Mireille Roques

Thème : Immigration

Ils ont connu ce que l’imagination ne peut se représenter. Ils en gardent les traces physiques et psychiques et ne pourront jamais plus être « comme avant ». Ils ont dû fuir leur pays, laisser leurs familles et leurs morts. Là où ils pensaient trouver la compassion et l’aide, ils ont trouvé la méfiance ou la curiosité.

Eux, hommes torturés, femmes violées qui ont connu la violence extrême, n’ont souvent personne à qui parler de leur souffrance et souvent, d’ailleurs, ils ne le pourraient pas. Pourtant, quelques thérapeutes, au sein d’associations exemplaires, tentent de les aider à réapprendre à vivre. Le centre Primo Levi - qui a fêté cette année son dixième anniversaire et reçu le prix des droits de l’homme de la République française - est de ceux-là

Ce contenu est réservé aux abonnés à la version numérique de Lien social

Vous êtes abonné(e) ?

Connectez-vous pour accéder en ligne aux contenus de Lien Social.

Vous n’êtes pas abonné(e) ?

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le site.

S’abonner

Dans le même numéro

Dossiers

Le massage redonne confiance aux corps torturés

Kinésithérapeute au centre Primo Lévi, Claude Bietry pratique la méthode Mézières. En considérant la personne dans sa globalité, cette méthode permet bien souvent de dénouer des blocages

Lire la suite…

L’activité du centre Primo Levi

En 10 ans, des évolutions se sont manifestées quant aux caractéristiques des patients pris en charge par le centre Primo Levi. Les nationalités - 81 au total - ont évolué de façon significative, avec une baisse des Kurdes de Turquie – toujours (...)