N° 899 | Le 2 octobre 2008 | Décryptage

Rap, justice et liberté d’expression

Joël Plantet

Un groupe de rap a vécu un marathon judiciaire pour quelques mots provocateurs. Six ans de procédure, quatre jugements et trois relaxes : la dernière, le 23 septembre dernier, a été la bonne. Tout ça pour ça ?

Ce contenu est réservé aux abonnés à la version numérique de Lien social

Vous êtes abonné(e) ?

Connectez-vous pour accéder en ligne aux contenus de Lien Social.

Vous n’êtes pas abonné(e) ?

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le site.

S’abonner