N° 659 | du 27 mars 2003 | Numéro épuisé

Critiques de livres

Le 27 mars 2003 | Jacques Trémintin

Prendre en charge à domicile l’enfant handicapé

Sous la direction de Daniel Terral


éd. Dunod, 2002, (176 p. ; 22 €) | Commander ce livre

Thème : Service à domicile

Toute action sociale doit faire l’objet d’une réflexion permanente sur la pertinence de ses buts et des moyens qu’elle utilise. C’est la manière la plus efficace de vérifier sa validité, sa légitimité ainsi que l’existence et la qualité de son efficience. C’est justement ce que nous propose cet ouvrage qui nous offre un regard remarquable sur l’une des prestations les moins connues du secteur médico-social : les Sessad.

Jusque dans les années 50, la prise en charge des enfants et des adolescents en difficulté s’est surtout faite en établissement. Naît alors un mouvement de remise en cause de l’enfermement qui prône l’ouverture au-delà des murs de l’institution et une action avec les parents. La transhumance qui menait de la famille vers l’internat s’est alors essoufflée, faisant place à la tendance inverse.

Le premier Sessad est créé en 1956. Si en 1982, il en existe 82 pour 1 610 places, en 1998 on en était à 812 services prenant en charge 18 273 enfants et adolescents. Il faut sans doute voir dans cette évolution, l’effet plus général du collectif cédant la place au tout individuel. Comme toute démarche médico-sociale, les Sessad appréhendent les usagers dans la globalité de leurs dimensions physiques, psychologiques et sociales et recherchent avec eux un état de bien-être dans l’accomplissement des actes de la vie courante, le développement intellectuel et culturel, la participation sociale, la valorisation et l’estime de soi, le soutien à l’expression et à la communication.

Mais, contrairement à l’action des établissements qui offrent une prestation hôtelière, les Sessad se situent à l’interface entre le dedans (la famille) et le dehors (l’espace social). Ils interviennent à domicile mais prennent aussi en compte tous les lieux périphériques fréquentés par l’usager (école, halte-garderie, clubs sportifs ou de loisirs etc.), jouant un rôle de médiation avec ses différents environnements. Ce n’est plus l’enfant qui doit faire l’effort d’aller vers l’établissement, se plier à ses habitudes et à ses coutumes, mais l’intervenant qui va à la rencontre de celui-ci et de tous ses milieux de vie. Il s’agit là d’un profond bouleversement des pratiques professionnelles. Outre la transversalité induite, cette approche est marquée par le recentrage sur les parents.

Longtemps convaincus de leurs compétences au point de vouloir s’imposer auprès de la famille, les professionnels doivent tabler sur les capacités parentales en les rendant acteurs, sans pour autant douter des leurs : il ne s’agit plus tant de faire que de faire en sorte que d’autres fassent. D’où la nécessité que chacun s’accepte dans ses particularités, ses différences et ses rôles respectifs, ce qui n’est pas le moindre des bénéfices dans cette façon originale de combiner les différentes compétences et qualifications.


Dans le même numéro

Critiques de livres