| Dossiers

Précarité, nom féminin

En France, 4,7 millions de femmes vivent sous le seuil de pauvreté, soit 914 euros par mois, contre 3,9 millions d’hommes. Une inégalité qui tend à s’accroître vu qu’elles occupent deux tiers des emplois faiblement rémunérés et 82% des temps partiels. À Marseille et dans l’arrière pays marseillais, les travailleurs sociaux constatent cet engrenage de la précarité au féminin et tentent de freiner le processus d’exclusion.

Ce contenu est réservé aux abonnés à la version numérique de Lien social

Vous êtes abonné(e) ?

Connectez-vous pour accéder en ligne aux contenus de Lien Social.

Vous n’êtes pas abonné(e) ?

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le site.

S’abonner