N° 1281 | du 13 octobre 2020

Critiques de livres

Le 13 octobre 2020

Pratiques éducatives. Enfants et adolescents aux comportements difficiles

Marie-Claude Pépin et Alain Roucoules


Ed. Érès, 2019, (219 p. – 23 €) | Commander ce livre

Thèmes : Maltraitance, Pratique professionnelle

Faire face aux incasables

Ces enfants et adolescents inclassables psycho pathologiquement, inadaptés scolairement et incasables socialement mettent en échec tout accompagnement éducatif et toute offre thérapeutique. Les professionnels se heurtent à leur propre impuissance, vulnérabilité et cohérence face à une fuite et une escalade, une transgression et une provocation qui cherchent à attirer l’adulte sur le terrain qu’ils connaissent le mieux : le conflit permanent. Marqués par l’inorganisation psychique et la défaillance des processus tant de pensée que de cognition, ils n’ont pas besoin de soins, mais du prendre soin, de soignants mais de soigneurs. Confronté à leur volonté d’emprise et de maîtrise, de rapport de force et de domination, d’intimidation et de toute puissance, l’éducateur remplit un rôle thérapeutique par et dans le quotidien. Parce qu’ils souffrent d’une perte de repères sécurisants et d’une rupture des liens se manifestant par le repli, l’inhibition et l’errance, la logique de projet est inefficiente. C’est la médiation éducative du mouvement qui doit la suppléer, cherchant le basculement du passage à l’acte vers la mise en pensée, de l’immédiateté/réactivité vers l’élaboration psychique et la construction sociale, de l’identité narcissique primaire vers l’intersubjectif. Cela implique une bienveillance inconditionnelle qui garantisse la sécurité psychique de ces jeunes ; une acceptation de leurs fragilités nécessitant une adaptation des contraintes à leurs difficultés ; une reconnaissance de leur pleine humanité impliquant leur ré affiliation. Ce livre, issu d’une recherche action menée entre 2003 et 2017, décrypte avec intelligence ces postures si déstabilisantes et les relations éducatives incarnées qui permettent d’y répondre.

Jacques trémintin


Dans le même numéro