| Dossiers

« Nous attendons plus de reconnaissance que de compassion »

Propos recueillis par Jacques Trémintin

Pour Lionel Deniau, président de l’Association des instituts de rééducation et directeur d’une association qui gère trois IR il faut expliquer aux jeunes que ce sont les adultes qui décident. Les professionnels qui se dépensent beaucoup devraient être plus soutenus et mieux formés

Ce contenu est réservé aux abonnés à la version numérique de Lien social

Vous êtes abonné(e) ?

Connectez-vous pour accéder en ligne aux contenus de Lien Social.

Vous n’êtes pas abonné(e) ?

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le site.

S’abonner