Le 14 janvier 2015 | Décryptage

Mineurs en mal de protection

Marianne Langlet

Paris, premier département d’entrée des mineurs isolés étrangers (MIE), voit son dispositif d’accueil critiqué par le défenseur des droits. Ce revers pourrait s’étendre à la plupart des départements où ces mineurs sont, avant tout, perçus comme une charge financière et non comme des enfants en danger.

Ce contenu est réservé aux abonnés à la version numérique de Lien social

Vous êtes abonné(e) ?

Connectez-vous pour accéder en ligne aux contenus de Lien Social.

Vous n’êtes pas abonné(e) ?

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le site.

S’abonner