N° 1145 | Le 10 juillet 2014 | Décryptage

Les non-droits des étrangers "retenus"

Joël Plantet

En termes de libertés publiques, une démocratie moderne pourrait s’interroger : comment une telle atteinte à la liberté de circulation de personnes qui ne sont coupables de rien peut-elle se justifier ?

Ce contenu est réservé aux abonnés à la version numérique de Lien social

Vous êtes abonné(e) ?

Connectez-vous pour accéder en ligne aux contenus de Lien Social.

Vous n’êtes pas abonné(e) ?

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le site.

S’abonner