| Dossiers

Les autistes étaient comme un peuple sans terre

Philippe Gaberan

Thèmes : Lieu de vie, Autisme

À l’époque où la structure créée par Deligny ne recevait aucun subside des pouvoirs publics, ses habitants vivaient de quelques dons, du pain ou des fromages de chèvre vendus au marché et des chariots que Jacques Lin fabriquait à temps perdu.

Ce contenu est réservé aux abonnés à la version numérique de Lien social

Vous êtes abonné(e) ?

Connectez-vous pour accéder en ligne aux contenus de Lien Social.

Vous n’êtes pas abonné(e) ?

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le site.

S’abonner

Dans le même numéro

Dossiers

Relation éducative : nourrir l’enfant, le faire vivre

Entretien avec Jean-Pierre Clocher. D’abord moniteur-éducateur, il a essentiellement travaillé auprès de jeunes en difficulté sociale ou délinquants. Il a participé à l’une des rares expériences éducatives réussies construites à partir de la pensée systémique prenant en compte l’environnement global des jeunes accueillis. Aujourd’hui, après des études de troisième cycle en sciences de l’éducation, il est coordinateur pédagogique moniteur-éducateur à l’Institut Saint-Laurent, un centre de formations en travail social situé à Ecully, près de Lyon.

Lire la suite…

Garder vivant l’acte éducatif. Comme Deligny, osez

De publications en colloques, les temps présents montrent que la pensée de Fernand Deligny n’est pas morte et loin s’en faut. Alors que tant d’institutions spécialisées et leurs équipes sont en souffrance, parce que menacées de perdre le sens de ce qui les fait être, l’œuvre du poète pédagogue indique encore une direction à prendre aux professionnels des temps présents.

Lire la suite…