N° 746 | Le 24 mars 2005 | Décryptage

Le procès d’Angers peut en cacher un autre

Joël Plantet

La sidération engendrée par le procès angevin aurait-elle pour effet de rétrécir la réflexion ? Avant même que ne soient initiés les débats, certains ont déjà mis la responsabilité des services sociaux, voire la pertinence de notre système de protection de l’enfance, sur la sellette. Dans une atmosphère qui s’annonce délétère, des dommages collatéraux sont à craindre. D’ores et déjà, quelques voix se font entendre

Ce contenu est réservé aux abonnés à la version numérique de Lien social

Vous êtes abonné(e) ?

Connectez-vous pour accéder en ligne aux contenus de Lien Social.

Vous n’êtes pas abonné(e) ?

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le site.

S’abonner