Le 28 avril 2020 | Par Marie-Dominique Chevalier, assistante familiale | Espace du lecteur

Et si nous mettions de temps en temps nos lunettes d’enfants

Thèmes : Protection de l’enfance, Assistant familial

Voici des histoires qui auraient pu prendre des proportions incroyables aux yeux des services sociaux, si nous ne prenions pas garde et regardions ce qui se passe avec nos yeux d’adultes uniquement.
Voici l’histoire de Josette, six ans, qui est en famille d’accueil depuis ses 20 mois. C’est une petite fille sans histoire, qui évolue bien. Elle est très curieuse, elle s’intéresse à tout. Elle est accueillie pour des négligences éducatives. Il y aurait eu,
paraît-il un contexte plus ou moins incestueux ; nous n’en avons pas la preuve. C’est de l’ordre de la rumeur.
Revenons à Josette ; elle est tellement curieuse, qu’elle observe les adultes et reproduit tous leurs gestes. Lors de sorties, elle prend un vieil appareil photo pour faire semblant de réaliser un
reportage. Son assistante familiale
lui octroie le droit d’utiliser un petit
appareil numérique pour que Josette puisse
voir ce qu’elle photographie et ainsi travailler les différents angles etc.… L’assistante familiale faisait confiance à Josette et la laissait faire.
Un jour où Josette était à l’école, l’assistante familiale effectuait un peu de rangement et de ménage dans la chambre de l’enfant. Elle tombe sur l’appareil photo et sa curiosité aidant, elle jeta un coup d’œil aux photos. Quelle ne fut pas sa surprise en voyant des photos du séant de Josette. Mille questions lui vinrent à l’esprit : Josette a-t-elle été abusée ? Josette aurait-elle assisté à des séances de photos pornographiques et reproduirait-elle ce qu’elle avait vu ? On nous a bien dit que le climat familial n’était pas sain : dois-je intervenir auprès du référent ?
De retour de l’école pour le repas de midi, l’assistante familiale demande à Josette si elle veut bien lui montrer les photos prises durant le week-end. Sans hésiter, Josette prend l’appareil
et montre. À la vue des photos « dénudées » l’assistante familiale demande à Josette. Pourquoi as-tu fait des photos de ton derrière dénudé ? Et tout naturellement, Josette répond : « je n’ai jamais vu mon derrière puisque c’est dans mon dos, alors pour voir comment c’est, je l’ai pris en photo, voilà !!!  » Il n’y avait donc rien de pernicieux, d’ordre sexuel. C’était juste de la curiosité
Que ce serait-il passé si l’assistante
familiale, dérangée par les photos avait recontacté les services sociaux ? On peut aussi se dire que Josette évolue dans un climat de confiance et peut parler librement sans être jugée. Elle ne pense pas « à mal ». Elle sait que l’on va l’écouter. À quoi bon cacher les choses ? Souvent l’adulte a une vision des choses complètement faussée par un regard biaisé, « intoxiqué ». Enrique a lui aussi été vu comme un petit garçon vicieux. C’est l’hiver, il fait très froid et pour se rendre à l’école, Enrique met un caleçon long sous son pantalon. Enrique est lui aussi, accueilli chez une assistante familiale. À 16 h 00, l’assistante familiale est interpellée par l’enseignante qui explique qu’Enrique a baissé son pantalon dans la cour de récréation. L’assistante familiale, bienveillante, dit qu’elle va reprendre avec Enrique. De retour à la maison, elle demande à Enrique : «  Pourquoi as-tu baissé ton pantalon ? » Et là il lui répond : « mes copains ne me croyaient pas quand je leur ai dit que j’avais mis un caleçon long, alors j’ai voulu leur montrer » Encore une fois, il n’y avait rien de dramatique. Il a suffi, tout comme avec Josette de leur expliquer qu’il y a des choses qu’il ne faut pas faire, sous peine de croiser des regards « toxiques ».
Il me semble important dans les professions du social de se montrer bienveillant et de se fier à la parole de l’enfant quand celle-ci est spontanée, du style ; « dis, tu m’expliques ce que tu as fait ?  » Nous devons reconnaître l’enfant en tant que tel, avoir un regard chaleureux. Il faut que les lieux d’accueil permettent aux enfants d’évoluer dans un environnement éducatif, stable et structuré pour que l’enfant s’ouvre sur le monde et se sente en confiance. Il se peut qu’avec tout ceci, il y ait moins de non-dits, et de « cachoteries ».