Le 14 février 2002 | Jacques Trémintin | Dossiers

Association pour la Réadaptation Sociale (ARS)

Les bonnes réponses se trouvent à Marseille

Thème : Insertion

L’Association pour la réadaptation sociale (ARS) se contentait à Marseille, dans la fin des années 80, de gérer deux foyers d’hébergement et un service d’AEMO judiciaire. L’arrivée à la présidence du conseil d’administration de Catherine Rastouin, le recrutement d’un directeur général particulièrement entreprenant, Alain Lerussi (lire l’interview) et un personnel qui accepte de sortir de la routine pour s’engager dans des actions inédites, ont été les ingrédients d’une aventure qui vient de passer avec succès son dixième anniversaire.

Nous sommes allés à la rencontre de trois de ces services : le SPN (Service prévention de nuit) avec lequel nous avons passé deux nuits, DEPAR (Découvrons ensemble nos potentialités et agissons pour réussir) et l’atelier Passerelle.

Chacun d’entre eux apporte une réponse originale à un besoin non satisfait : 1. Aller à la rencontre des plus jeunes quand toutes les institutions dorment. 2. S’engager dans un processus d’insertion avec les plus en difficulté des 16-25 ans. 3. Proposer une préqualification à celles et ceux dont plus personne ne veut

Ce contenu est réservé aux abonnés à la version numérique de Lien social

Vous êtes abonné(e) ?

Connectez-vous pour accéder en ligne aux contenus de Lien Social.

Vous n’êtes pas abonné(e) ?

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le site.

S’abonner

Dans le même numéro

Dossiers

« Une logique autant militante que professionnelle »

Propos recueillis par Jacques Trémintin
Depuis votre arrivée à la direction de l’ARS , en 1991, cette association est passée de deux à huit services. Il existait donc tant de besoins à satisfaire ? Effectivement, et notre souci a bien été, depuis 10 (...)