N° 1264 | Le 7 janvier 2020 | Propos recueillis par Katia Rouff-Fiorenzi | Dossiers

Entretien avec Édouard Gardella • Ma rue, ma vie

Thèmes : Service de proximité, Violences conjugales

Une minorité de personnes sans abri refuse l’hébergement d’urgence, préférant dormir dans la rue. Les raisons ? Des accueils inadaptés mais aussi le désir de rester là où sont leurs attaches.

Ce contenu est réservé aux abonnés à la version numérique de Lien social

Vous êtes abonné(e) ?

Connectez-vous pour accéder en ligne aux contenus de Lien Social.

Vous n’êtes pas abonné(e) ?

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le site.

S’abonner

Dans le même numéro

Dossiers

Reportage • Urgence durable

Modulable et démontable, le centre d’hébergement d’urgence Bastion de Bercy accueille et accompagne trois cent huit personnes, grâce à une autorisation d’occupation temporaire de sept ans accordée par la ville de Paris.

Lire la suite…

Hébergement d’urgence • Tempête sur le 115

Des dizaines de milliers de personnes vivent dans la rue, faute de places d’hébergement et de logements à coût abordable en nombre suffisant. En face d’elles, les travailleurs sociaux du dispositif d’urgence doivent trier, prioriser, pour gérer la pénurie.

Lire la suite…