N° 1229 | Le 15 mai 2018 | par Lætitia Noviello | Dossiers

Violences faites aux femmes • #metoo, quel écho ?

Thèmes : Violences conjugales, Médias

La question des violences sexuelles et sexistes renvoie au tabou de la sexualité, sujet sensible pour les professionnels du travail social. Les associations féministes plaident pour l’éducation dès le plus jeune âge, la formation, le soutien financier et politique. Afin que la libération de la parole ne soit pas vaine.

Ce contenu est réservé aux abonnés à la version numérique de Lien social

Vous êtes abonné(e) ?

Connectez-vous pour accéder en ligne aux contenus de Lien Social.

Vous n’êtes pas abonné(e) ?

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le site.

S’abonner

Dans le même numéro

Dossiers

Intervenir auprès des auteurs

Mathieu Lacambre, président de la Fédération des Centres ressources pour les intervenants auprès des auteurs de violences sexuelles.

Lire la suite…

Accompagnement des victimes • À demande en hausse, financements inchangés

À Lille, l’association Solfa, tout comme ses partenaires, a vu augmenter les demandes d’accompagnement de femmes victimes. Mais les moyens pour y répondre ne suivent pas.

Lire la suite…

Entretien avec Ernestine Ronai • Permettre la parole

Ernestine Ronai est convaincue de la place capitale des travailleurs sociaux dans le combat contre les violences faites aux femmes. La question de la formation des professionnels est centrale.

Lire la suite…