N° 1213 | Le 21 septembre 2017 | Entretiens réalisés par Myriam Léon | Matière à pensées

Référé-liberté • La justice pour dernier refuge

Au premier jour de l’été, onze associations et cinquante migrants ont déposé un référé-liberté devant le tribunal administratif de Lille pour obtenir un minimum d’humanité dans l’accueil des exilés à Calais.

Cette procédure est utilisée quand une administration ou un organisme chargé d’un service public porte « une atteinte grave et manifestement illégale à une liberté fondamentale ». Vincent De Coninck et Arthur Thomas témoignent de cette saisine particulière.

Ce contenu est réservé aux abonnés à la version numérique de Lien social

Vous êtes abonné(e) ?

Connectez-vous pour accéder en ligne aux contenus de Lien Social.

Vous n’êtes pas abonné(e) ?

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le site.

S’abonner