N° 743 | du 3 mars 2005 | Numéro épuisé

Dossiers

Le 3 mars 2005

L’épargne solidaire au service de la création d’une régie de quartier

Katia Rouff

Thèmes : Entreprise d’insertion, Économie sociale

Grâce à l’appui de Prisme 95, délégation de l’association France Active dans le Val-d’Oise, la régie de quartier de Bezons [1] a ouvert ses portes en 2003. Elle crée une dynamique de quartier proposant aux habitants travail et moments de convivialité

Bruno Martin ne tarit pas d’éloges sur l’épargne solidaire. N’a-t-elle pas permis – par le biais de France Active — la création de la régie de quartier de Bezons (Val-d’Oise) qu’il dirige ?

En 2002, six habitants de la cité Roger Masson gèrent Tournesol, une association de quartier. Chaque samedi matin, une permanence favorise la rencontre entre les habitants. Désireux d’aller plus loin dans l’amélioration de la vie quotidienne de la cité, les membres de Tournesol visitent plusieurs régies de quartier. À cette occasion, ils rencontrent Bruno Martin alors libraire, créateur et président de la régie d’Asnières (92). Séduits, ils font appel à lui pour les aider à en créer une à Bezons. « J’ai baissé le rideau de fer de ma boutique et me suis lancé dans l’aventure », se souvient l’ancien libraire. De mai à décembre 2002, la municipalité le nomme chef de projet pour diriger l’association de préfiguration de la régie dans le cadre du contrat de ville. Le projet prêt, un sociologue vérifie et valide sa pertinence.

Bruno Martin s’adresse alors à Prisme 95, délégation de l’association France Active dans le Val-d’Oise. Via les fonds territoriaux, Prisme 95 facilite l’accès aux financements bancaires classiques. Grâce à leurs prêts, la régie décroche partenariats et subventions de la ville et de l’État (lire le montage financier). Parallèlement, elle obtient de la Direction départementale du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle (DDTEFP) l’agrément pour six équivalents temps plein (ETP) en contrat d’insertion. Nommé directeur de la régie en janvier 2003, Bruno Martin a apprécié le travail de la délégation de France Active : « Les conseillers sont à la fois à l’écoute et très compétents pour soutenir un projet. Leur aide financière et leur accompagnement ont sécurisé mes partenaires. »

La régie, une richesse économique et sociale pour le quartier

Située au nord-ouest de Paris, la ville de Bezons compte 27 000 habitants et un taux de chômage plus élevé que la moyenne nationale, surtout chez les 18-26 ans. La régie de quartier s’est installée dans la cité des Brigadières et intervient dans dix petites cités HLM et quelques pavillons de Bezons. Elle associe habitants, bailleurs, élus, travailleurs sociaux et associations de la ville à la gestion et à l’entretien de ses quartiers, emploie les habitants — souvent parmi les plus en difficulté — pour nettoyer, entretenir, embellir et sécuriser positivement les quartiers.

Aujourd’hui, l’équipe d’encadrement est composée de trois personnes : directeur, accompagnatrice sociale et encadrant technique. La direction départementale du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle (DDTEFP) finance six postes d’insertion ETP ce qui représente neuf personnes à temps partiel de 20 à 32 heures hebdomadaires. Un premier contrat de six mois permet à ces salariés « plutôt désocialisés » de régler leur situation administrative et médicale. Durant le second contrat – de 12 à 18 mois – ils travaillent leur projet professionnel et bénéficient d’une formation (remise à niveau, formation technique, bilan de compétences…) afin de multiplier les chances de retrouver un emploi ou une formation qualifiante.

Les bailleurs sociaux confient à la régie l’entretien d’immeubles, le remplacement de gardiens en cas d’absence…, la ville l’entretien de la zone industrielle et les habitants des travaux de manutention (pose et dépose de rideaux, déplacement de meubles…), des petites réparations, des travaux d’intérieur (papier peint, peinture), l’entretien des jardins, la livraison de courses… Le gérant d’un immeuble privé fait appel à elle pour l’entretien des parties communes. « Nous ne sommes pas dans une grande technicité mais ici le travail est avant tout un outil de redynamisation et de resocialisation, indique le directeur. Il est parfois ingrat mais responsabilise les salariés et l’entretien de la cité leur vaut le respect des autres habitants ».

Favoriser le lien social fait aussi partie de la mission de la régie. « Nous organisons des tournois de foot, de pétanque, des repas, des rencontres inter-cités…, proposons un pôle multimédia, un potager pour les enfants, illustre Carmen Dinga, trésorière adjointe et habitante de la cité des Brigadières. Les habitants sont satisfaits car il existait très peu de chose pour les jeunes ». La régie soutient également la création d’associations de quartier, comme Les P’tits Zyvas, portée par trois habitantes. L’association propose des activités manuelles aux adultes et aux enfants.

Développer l’activité, pérenniser l’emploi

Forte d’un démarrage positif de son activité, la régie compte bien se développer et proposer de nouveaux services. Elle a mis en place un dispositif de prêt d’électroménager avec la CAF. Celle-ci a financé l’achat de machines à laver, plaques chauffantes… que la régie prête aux allocataires dans l’attente d’une aide financière pour l’achat de l’électroménager dont ils ont besoin. Aujourd’hui la régie souhaite proposer ses services à l’ensemble des habitants de la ville (petits services, manutention, réparations, livraisons…). Aussi a-t-elle de nouveau fait appel à Prisme 95 pour la réalisation d’une étude de faisabilité dans le cadre du dispositif local d’accompagnement [2]. Prisme 95 effectue une mission d’ingénierie de sept jours pour bâtir la stratégie de développement. « Encore une fois, l’équipe de Prisme 95 est présente pour la réalisation de cet audit, par ailleurs gratuit, se félicite le directeur. Elle va notamment nous aider à mettre en place une campagne de communication sur l’ensemble de la ville ».


[1Régie de quartier de Bezons - 2, allée Georges Bizet - 95870 Bezons. Tel. 01 39 47 60 25. mail : regie.bezons@cnlrq.org

[2Mis en place par l’Etat en 2004, le dispositif local d’accompagnement (DLA) est destiné aux associations d’utilité sociale, créatrices d’emploi. Gratuit, il a pour objectif de consolider les actions des associations et de pérenniser les emplois


Dans le même numéro

Dossiers

Comment l’épargne solidaire participe à l’insertion

Des épargnants choisissent de placer de l’argent avec un objectif précis : que ces fonds permettent d’aider des créateurs de petites ou micro-entreprises exclus du système financier classique par manque de moyens. Ce placement rapporte aux souscripteurs et en même temps il contribue à réinsérer socialement des publics en difficulté. Guy Courtois préside le comité d’attribution du label Finansol [2] et nous explique le fonctionnement de ce crédit solidaire

Lire la suite…

Exemple de projets réalisés grâce à l’épargne solidaire

La boutique Bio-Ethiquette ouvre ses portes grâce au soutien de la Nouvelle économie fraternelle (la Nef) [4]

Lire la suite…

Un intérêt grandissant pour l’épargne solidaire

Trois questions à Pascale-Dominique Russo, journaliste experte en économie sociale, coordinatrice d’un guide pratique consacré à l’épargne alternative et solidaire édité par Alternatives économiques

Lire la suite…

Un montage financier exemplaire

France Active a octroyé deux prêts à la régie de quartier de Bezons et l’a aidée à obtenir les financements complémentaires au démarrage de son activité, comme le précise Cyril Baraban, directeur de l’association Prisme 95, délégation de l’association dans le Val-d’Oise.

Lire la suite…