N° 1176 | du 7 janvier 2016

Critiques de livres

Le 7 janvier 2016 | Jacques Trémintin

Ne dites pas à ma mère que je suis handicapée, elle me croit trapéziste dans un cirque

Charlotte de Vilmorin


éd. Grasset, 2015, (204 p. – 16 €) | Commander ce livre

Thème : Handicapés

Comment aborder l’âge adulte quand on est atteint de handicap moteur ? Charlotte de Vilmorin vit en fauteuil roulant depuis qu’elle est toute petite. Elle ne peut rien faire toute seule : ni ouvrir une porte, ni mettre un manteau, ni appeler un ascenseur. Sa mère, loin de la plaindre, l’a toujours maintenue à distance de son handicap, exigeant qu’elle fasse avec, sans jamais s’apitoyer sur son sort. Elle refusera ainsi qu’elle intègre un établissement spécialisé, l’imposant dans le droit commun de l’éducation nationale. Charlotte, baignée dans cette indéfectible volonté de normalisation, nourrira, comme tous les autres enfants, des choix d’orientation professionnelle conformes aux rêves de son âge : devenir chanteuse de comédie musicale, danseuse étoile, femme d’un riche rentier ou… trapéziste dans un cirque.

Pourquoi trapéziste ? Ben, quelle question ! Parce qu’elle aime bien les justaucorps à paillettes, bien sûr ! Le bac en poche, elle intègre deux années de prépa, avant d’accéder à une grande école. Quand elle doit rechercher son stage de six mois de fin d’études, elle refuse d’indiquer son handicap dans son CV. La raison ? Elle ne veut pas se voir mise de côté par un employeur potentiel. Mais elle ne veut pas non plus de cette « discrimination positive » qu’elle a déjà expérimentée, en se retrouvant sur un emploi fictif, son salaire constituant un moindre coût pour son employeur en comparaison de la taxe due à l’AGEFIPH. Elle postule dans une agence publicité. Et c’est cette immersion qu’elle nous relate ici, dans un récit vif, enlevé et plein d’humour. Elle aurait pu y rester, comme salariée, puisqu’un contrat lui sera proposé en fin de stage. Elle a préféré créer un site, proposant de louer entre particuliers des voitures aménagées. Et elle continue à écrire sur son blog, intitulé Wheelcome.


Dans le même numéro