N° 1176 | du 7 janvier 2016

Critiques de livres

Le 7 janvier 2016 | Jacques Trémintin

Devenir adulte • Jeunes vulnérables en transition

Corinne Chapus Le Bars et Annie Vaillancourt (coordination)


Le Sociographe n° 21, éd. Champ Social, septembre 2012, (144 p. – 12 €) | Commander ce livre

Thème : Jeunesse

Qu’est-ce que devenir adulte ? C’est franchir des étapes symboliques, tant sur le plan des études que de l’entrée sur le marché du travail, du départ du domicile familial que de la formation d’un couple et de la parentalité. Plus qu’une indépendance matérielle et financière, il s’agit bien d’une autonomie relationnelle et d’un travail identitaire au carrefour de normes juridiques et d’une maturité psychique.

Plusieurs compétences sont requises. Celle du savoir qui permet l’acquisition de toute une série de d’habiletés tant sociales que professionnelles. Celle du pouvoir se concrétisant par la maîtrise, l’adaptation et l’ajustement aux injonctions sociales. Enfin, celle du devoir, permettant d’intérioriser des règles et des codes, des savoir-faire et des manières de se comporter. Si l’accession à l’âge adulte n’a jamais été simple, elle est encore aggravée par un contexte contemporain qui exige de se montrer entrepreneur de soi sur un marché de plus en plus concurrentiel, en apparaissant motivé, demandeur, intéressé, engagé, collaborant et impliqué.

D’autres ressources potentielles s’en trouvent invalidées, comme la créativité, le non conformisme, l’affirmation de soi ou les recherches de solutions alternatives. Le fossé se creuse entre les Tanguy qui résident encore chez leurs parents entre 25 et 30 ans et ces jeunes confrontés dès 18 ans aux injonctions cadrantes et cadrées propres à l’accès à la vie adulte, sans possibilité de transition, de périodes d’assimilation ou de temps d’appropriation. Et c’est tout particulièrement le cas pour celles et ceux qui sortent de la protection de l’enfance, avec une certaine vulnérabilité. Au lieu de pouvoir croire qu’il sont à l’âge de tous les possibles, ils sont trop souvent laissés livrés à eux-mêmes, sans parachute, ni filet de sécurité.


Dans le même numéro