N° 808 | du 14 septembre 2006 | Numéro épuisé

Critiques de livres

Le 14 septembre 2006 | Jacques Trémintin

L’ombre andalouse

Juan Arevalo-Pelaez


auto édition, 2005 (226 p. ; 12,50 €) jean-claude.arevalo@wanadoo.fr | Commander ce livre

Thème : Immigration

Le dernier roman de Juan Arevalo-Pelaez nous entraîne à la rencontre improbable de deux mondes qui n’auraient jamais dû se croiser. Le récit débute sur un chantier du bâtiment. Pedro, maçon espagnol, est de ceux qui ont contribué à reconstruire la France au prix de leur vie. Il meurt dans un accident du travail. Ses deux enfants viennent trouver Brahim, son manœuvre berbère, qui a assisté impuissant à l’accident. Bien embarrassé, le jeune homme finit par accepter d’accueillir les deux orphelins. À quelques milliers de kilomètres de là, el Senior Ignacio Romanone, un caballero propriétaire terrien andalou veille sur son domaine où se dressent fièrement des hectares d’oliviers.

De noble condition, il a su faire fructifier son exploitation, à moitié craint, à moitié respecté par ses voisins et flanqué d’un majordome resté fidèle malgré les années et les épreuves. Pour des raisons en apparence bien différentes, chacun de ces deux groupes de personnages atypiques va engager un voyage initiatique vers Saint Jacques de Compostelle. Ce road movie ibérique réservera au lecteur bien des surprises, dont la moindre n’est pas le secret qui gît au cœur de ces deux quêtes qui finiront par se rejoindre. Un zeste de suspense, une pincée d’amour, une louche d’amitié… une recette qui donne l’occasion à notre éducateur-romancier de nous plonger dans l’Espagne de fin de règne du franquisme et de nous faire vivre des aventures qui marqueront à jamais les personnages qui y participent.


Dans le même numéro

Critiques de livres

Sous la direction de Jean-François Dortier

Une histoire des sciences humaines

Sous la direction de Jean Furtos & Christian Laval

La santé mentale en actes. De la clinique au politique