N° 1190 | du 1er septembre 2016

Critiques de livres

Le 1er septembre 2016 | Jacques Trémintin

School Business

Arnaud Parienty


éd. La Découverte, 2015, (243 p. – 17 €) | Commander ce livre

Thème : École

Le système scolaire français est dominé par les inéga­li­tés sociales. S’il fallait un livre de plus pour le démontrer, celui d’Arnaud Parienty le permet. La description qu’il nous livre de la domination de l’argent est édifiante. La première forme de cette discrimination passe par l’inégale qualité des établissements scolaires : 6 % des différences de niveau entre les élèves y sont liées. Les parents soucieux de placer leur enfant dans un collège ou un lycée bien côtés, connaissent parfaitement les astuces pour détourner la carte scolaire pourtant censée garantir la mixité sociale : fausse domiciliation, utilisation d’une boite aux lettres, location ou achat d’un bien immobilier dans le quartier désiré ou encore inscription dans une filière spécialisée n’existant que dans l’établissement souhaité. Mais, il y a aussi ce soutien scolaire représentant un marché de quarante millions d’heures annuelles de cours supplémentaires, pour 1,5 à 2 milliards d’euros… que toutes les familles ne peuvent financer. Vient ensuite l’accès aux classes préparatoires, passeport vers les professions les plus prestigieuses, qu’un enfant de cadre supérieur a quinze fois plus de chance de fréquenter qu’un enfant d’ou­vrier. Le coût des études a explosé, proportionnellement à la réduction des contributions publiques et à la mise en concurrence d’écoles recrutant les meilleurs enseignants à prix d’or pour attirer le chaland. Les écoles supérieures de commerce et d’ingénieurs, c’est 40 000 euros pour cinq ans d’étude. Seule solution pour l’étudiant : s’endetter. Cette dette représente déjà aux États-Unis 1 200 milliards de dollars, certains quinquagénaires continuant encore à la rembourser ! L’argent roi décide du destin des élèves. Loin d’être une fatalité, cette configuration relève d’un choix de société, conclut l’auteur. Effectivement. Mais les dés ne sont-ils pas pipés d’avance ?


Dans le même numéro

Critiques de livres

Marianne Blanchard et Joanie Cayonnette-Remblière

Sociologie de l’école