N° 1190 | du 1er septembre 2016

Critiques de livres

Le 1er septembre 2016 | Jacques Trémintin

Enseigner l’esprit d’entreprise à l’école

Lucie Tanguy


éd. La Dispute, 2016, (221 p. – 15 €) | Commander ce livre

Thème : Pédagogie

L’école est accusée d’être inadaptée au contexte économique et sommée de re­­­mé­dier aux difficultés d’insertion des jeunes. À sa mission originelle d’enseigner et d’éduquer se rajoute celle de contribuer à la compétitivité, en transmettant des postures conformes aux exigences des employeurs. Lucie Tanguy décrit ici quatre illustrations de cette in­jonction. La première a pris la forme du partenariat des établissements scolaires avec le monde économique con­crétisé par ces mini-entre­prises destinées à développer le sens de la créativité, de la prise de risque et de l’innovation.
Deuxième axe, celui de l’appren­tissage qui ne cesse de prendre de l’importance, présenté com­me garantie contre le chô­mage, sans pour autant n’avoir jamais réussi à dépasser l’objectif de 500 000 apprentis avancé en 1993.
Troisième dimension, la décentralisation confiant aux régions le bloc de compétence de l’éducation, de la formation professionnelle, de l’apprentissage et de l’accompagnement vers l’emploi. Avec pour effet une étroite collaboration avec les entreprises régionales, allant même jusqu’à contraindre certains lycées à répondre aux exigences des industriels locaux pour modifier le cursus de formation, en l’adaptant à leurs besoins.
Enfin, l’Europe n’a cessé d’ap­pu­yer des politiques éducatives néo-libérales favorisant le rapprochement avec le monde de l’entreprise. Face à ces orienta­tions, l’auteure s’interroge sur le changement profond qui s’opè­re devant nous : un école destinée à instruire l’individu, éduquer le citoyen et former l’adaptabilité du travailleur en général est en train de se trans­former en une démarche de formatage aux comportements propres à l’efficacité et à la réussite attendues par les employeurs, à l’adaptation au poste de travail qu’il propose et à l’adoption de valeurs propres à l’esprit capitaliste. On est bien loin de l’ambition initiale d’éclairer et de cultiver.


Dans le même numéro

Critiques de livres

Arnaud Parienty

School Business

Marianne Blanchard et Joanie Cayonnette-Remblière

Sociologie de l’école