N° 1200 | du 2 février 2017

Critiques de livres

Le 2 février 2017 | Jacques Trémintin

Laëtitia

Ivan Jablonka


éd. du Seuil, 2016, (390 p. – 21 €) | Commander ce livre

Thème : Maltraitance

L’étude que consacre Ivan Jablonka au destin de Laëtitia Perrais est d’une retenue, d’une empathie et d’un respect qui, n’en oublie pas la précision minutieuse, l’analyse millimétrée et le souci du détail. L’auteur manipule avec dextérité le scalpel autant que le scanner pour pénétrer au plus profond de l’affaire, le radar autant que le sonar pour explorer les couches apparentes et les plus enfouies de la psyché humaine, le microscope autant que les jumelles pour étudier les implications micro et macro sociales en jeu.
Plusieurs lectures sont possibles : l’enquête judiciaire, le procès, l’onde de choc médiatique, l’impact sur les services de probation, la révolte des magistrats, voire même la récupération politique sécuritaire d’un Sarkozy qui fit titrer par Charlie Hebdo : « Démembrée par un barbare, récupérée par un charognard ». Privilégions ici l’investigation sur un échantillon de la protection de l’enfance. La victime comme le meurtrier débutent leur enfance dans de lugubres conditions. Tony Meilhon, qui expliquera « on naît pour être prédateur ou victime. Je suis un prédateur » est le second enfant d’une mère violée par son propre père. Entre deux incarcérations, il survit comme ferrailleur, ingurgitant quotidiennement un litre de whisky, plusieurs packs de bière, quinze à vingt joints, deux à trois grammes de cocaïne et de l’héroïne pour faire baisser le speed de la coke. Laëtitia et Jessica ont pour père Franck Perrais un homme malmené par la vie, peu instruit, irritable et violent, déjà incarcéré pour avoir violé leur mère. Sylvie Perrais vit avec une peur viscérale de son père qui boit et cogne, de son mari qui la lacère de coups de cutter et abuse d’elle quand ça lui chante. Laëtitia et Jessica ont été retirées, la justice ayant invalidé les compétences éducatives d’un père menaçant et d’une mère terrorisée. Elles sont accueillies dans une maison d’enfants, avant d’être placées dans une famille d’accueil. L’assistant maternel Gilles Patron, leader fortement investi dans le social pour ses laudateurs, psychorigide, à l’ego surdimensionné pour ses détracteurs, va prendre la tête d’une croisade contre le crime sexuel, jusqu’à ce qu’il soit lui-même. Condamné à huit ans d’incarcération pour d’agression sexuelle sur Jessica. Voilà certains des principaux protagonistes de l’assassinat et du démembrement d’une jeune fille de 18 ans qui n’aurait jamais du intéresser ni les journalistes, ni les politiques, ni les universitaires, si elle n’avait croisé la route de son tortionnaire le 18 janvier 2011.


Dans le même numéro

Critiques de livres

Colette Ter et Didier Williame

La petite fille numéro 624

Guillaume Coron

Vérités plurielles

Adrien Durousset

Placé, déplacé