N° 1200 | du 2 février 2017

Critiques de livres

Le 2 février 2017 | Jacques Trémintin

La petite fille numéro 624

Colette Ter et Didier Williame


éd. Quart Monde, 2016 (46 p. – 3 €) | Commander ce livre

Thème : Maltraitance

Son père est décédé quand sa mère était hospitalisée. Elle et ses douze frères et sœurs ont été emmenés par la DDASS. On leur a fait croire qu’ils allaient visiter un château. Quand ils ont voulu rentrer chez eux, le soir, ce n’était plus possible. C’était en 1965. Colette Ter avait quatre ans. L’enfer durera jusqu’à ses 16 ans. « Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ? », s’interroge l’enfant. Elle a connu le cachot quand elle faisait des bêtises et l’obligation de ré ingurgiter le vomi quand elle rendait son repas. En cas d’énurésie, les draps n’étaient pas changés. Les adultes avaient tous les droits sur les enfants : les insulter, les frapper, les appeler par leur numéro.
Son passage en famille d’accueil aurait pu constituer une libération. Ce fut là aussi un cauchemar. Colette Ter a réussi à se reconstruire et malgré les épreuves endurées au début de sa vie adulte, elle s’en est sortie. Elle témoigne dans un récit plein de pudeur et de courage. Aujourd’hui, les actes décrits vaudraient à leurs auteurs des mises en examen. Mais il reste important de les dénoncer malgré tout, pour qu’on n’oublie pas les horreurs commises par des éducateurs, au nom de la protection de l’enfance.


Dans le même numéro

Critiques de livres

Ivan Jablonka

Laëtitia

Guillaume Coron

Vérités plurielles

Adrien Durousset

Placé, déplacé