N° 736 | du 13 janvier 2005 | Numéro épuisé

Critiques de livres

Le 13 janvier 2005 | Jacques Trémintin

Le placement familial. De la pratique à la théorie

Myriam David
éd. Dunod, 2004 (472 p. ; 39 €)

Thème : Placement familial

Les éditions Dunod ont publié en 2004 la cinquième édition revue et corrigée d’un ouvrage incontournable qui fut l’occasion pour Myriam David de donner ses lettres de noblesse à une pratique qui aura été marquée par des dérives propres à son époque. Le placement familial fut longtemps plus proche d’une déportation de hordes d’enfants dans les coins les plus reculés de la campagne, réalisée dans des conditions de brusquerie et d’impréparation aux conséquences trop souvent catastrophiques.
C’est aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale, que les travaux de recherche sur les effets sur l’enfant de la séparation apportèrent des éclairages tout à fait essentiels qui amèneront progressivement un bouleversement des façons de faire. Les troubles massifs à l’origine de la décision de retirer l’enfant à la garde de ses parents apparurent pour ce qu’ils étaient : non plus congénitaux mais acquis. Il fallait bien sûr les relier d’abord au milieu familial carentiel. Mais on comprit aussi qu’ils pouvaient être encore aggravés par la façon dont la séparation était gérée. Comme on fut convaincu qu’ils étaient en partie réversibles pour peu que l’on sache modifier l’environnement de l’enfant, sans rajouter aux blessures initiales des traumatismes supplémentaires. Et l’on peut y arriver, s’il l’on sait préserver la place des parents et relayer leur absence par une permanence et une continuité des substituts proposés ainsi que par une attention particulière portée aux transitions qui évitent la rupture brutale des liens. Cela nous semble aujourd’hui évident. Ce ne l’était pas alors, à une époque où l’on pensait qu’il suffisait simplement de retirer l’enfant d’un milieu jugé comme pathogène pour que tout aille mieux. Myriam David évoque longuement et précisément les motifs du placement familial, ses indications, sa préparation. Elle décrit avec talent les différentes dimensions du placement familial. Avec en premier, le temps de l’idylle qui unit la famille d’accueil dans son besoin de réparer l’enfant et l’enfant dans son besoin de trouver la famille idéale. Puis intervient la désillusion : « Le bon enfant se transforme en démon, l’adorable mère d’accueil en méchante sorcière et l’équipe en « rapteur » d’enfant […] Chacun peut avoir l’impression de s’être trompé sur l’autre et surtout d’avoir été trompé par lui » (p. 224). Il ne s’agit pas là d’un dysfonctionnement, mais d’un processus incontournable : il intervient quand l’enfant est suffisamment ressourcé par l’amour de sa famille d’accueil pour éprouver à nouveau un sentiment d’appartenance à sa famille d’origine qui l’amène à jouer une famille contre l’autre. Et c’est là qu’intervient la troisième phase : celle de la gestion thérapeutique des crises qui, pour pénibles et inquiétantes qu’elles soient, sont autant d’étapes pouvant permettre à l’enfant de progresser dans la maturation et l’individuation. C’est bien pourquoi, il ne suffit pas aux familles d’accueil de posséder la générosité, la sagesse, les grandes qualités affectives et une ténacité inébranlable. Il faut aussi un accompagnement thérapeutique d’un tiers (celui de l’équipe) lui permettant de se déprendre des inévitables tensions qui se font jour.
L’ouvrage de Myriam David relève à la fois du guide méthodologique, du manuel de réflexion théorique et de la somme accumulée des expériences de terrain : une lecture irremplaçable pour tout praticien du placement familial à laquelle on vient et on revient sans cesse.


Dans le même numéro

Critiques de livres

Sous la direction de Jean-François Dortier

Le dictionnaire des sciences humaines