N° 672 | du 3 juillet 2003 | Numéro épuisé

Critiques de vidéos

Le 3 juillet 2003

Pour en savoir plus sur la douleur de l’enfant

Jacques Trémintin

(2003 - 53 mn)
Sparadrap
48 rue de la Plaine
75020 Paris
Tél. 01 43 48 11 80

Thème : Souffrance

La douleur est une sensation mais aussi une émotion très subjective qui a du mal à être perçue par un monde médical avant tout habitué à l’objectivation. Cette cassette fort bien réalisée permet aux profanes comme aux professionnels de se familiariser avec un phénomène où le malade tient une place centrale.

Elle présente l’état des connaissances en la matière : si la douleur a pour fonction de fixer des limites, elle peut quand elle est liée à la maladie ou aux soins être prise en charge et traitée. La motivation ou l’anxiété peuvent réduire ou au contraire en accroître les effets. La cassette détaille ensuite les modalités d’évaluation : par le malade lui-même ou par les soignants qui s’appuient alors sur des indices regroupés en grille d’observation. La douleur doit trouver une place en tant que tel dans le dossier médical. La cassette se termine enfin par les modes d’action disponibles : réussir la toute première analgésie permet de dédramatiser la suite du traitement. La rater, présente le risque d’induire une appréhension permanente.

D’où l’importance de bien commencer. Pour ce faire, de multiples moyens existent : médicaments antalgiques, pompes à morphine gérées par le malade, crème anesthésiante… La douleur ne peut se conjuguer qu’au pluriel. On ne peut lui faire correspondre une seule réponse possible. La parole est l’une des meilleures défenses existantes. Ce que l’enfant déteste par-dessus tout, c’est qu’on lui mente où qu’on ne le prévienne pas de ce qui va se passer. Les gestes techniques effectués sur un nounours peuvent constituer une très bonne prévention. Le petit patient est parfois accusé de simuler. Sa plainte justifie toujours d’être écoutée. Document audiovisuel à recommander, à une époque où le droit de l’enfant passe aussi par le fait de souffrir le moins possible.