N° 1015 | du 21 avril 2011 | Numéro épuisé

Critiques de livres

Le 21 avril 2011 | Jacques Trémintin

Le rire du travailleur social

Sous la coordination de Didier Morel


Le Sociographe n° 33, septembre 2010 (128 p. ; 10 €) | Commander ce livre

Thème : Travail social

L’exercice du métier de travailleur social exige de ne pas tout prendre au sérieux, ni au pied de la lettre. Ainsi, la question qui traverse le n° 33 du Sociographe n’est-elle pas « Y a-t-il une place pour l’humour dans le travail social ? », mais bien plutôt « Peut-on concevoir une approche relationnelle, sans humour ? »
Encore faut-il savoir de quel rire on parle, tant celui-ci peut être autant salvateur que destructeur. Si l’humour est finesse et esprit, il n’en va pas de même du persiflage, suspect dès lors qu’il touche des valeurs éthiques ou se manifeste au détriment d’autrui.

L’ironie, tout comme la moquerie, la dérision ou la raillerie cherchent plus à attaquer l’autre, en l’humiliant ou en le soumettant. Même s’il s’agit, le plus souvent, de s’en prendre aux plus forts ou aux puissants, bien plus qu’aux faibles, cette manière de rire cherche à remplacer l’épée par des mots au tranchant acéré. Non, décidément, l’humour tend moins à rire de l’autre que de rire avec lui des incongruités de la condition humaine ou de la cocasserie des situations rencontrées. Certains professionnels n’osent pas s’y risquer ou se refusent de le pratiquer, par crainte de perdre leur crédibilité et leur légitimité. Dans la relation d’aide, ses fonctions sont pourtant multiples : détendre l’atmosphère, dédramatiser et relativiser les événements, favoriser l’alliance et la rencontre avec l’autre, transmettre un message d’une manière décalée, désamorcer l’agressivité… Il aide tout particulièrement à dépasser cette sidération qui interdit de rêver, fixant le sujet sur la pure réalité traumatique.

Parce qu’il permet de prendre de la distance à l’égard tant de l’action que de la potentialité du passage à l’acte, parce qu’il accompagne cette conquête du fantasme, du symbole et du jeu avec la réalité, parce qu’il apporte de l’air à la relation, l’humour constitue à la fois une hygiène, un acte thérapeutique et un facteur de résilience. Mais les effets ne sont pas que psychologiques. Ils sont aussi physiologiques : il fait baisser la pression sanguine et favorise l’oxygénation générale de l’organisme, mobilisant les hormones qui influencent directement le stress et réduisant les réactions inflammatoires.

Pour autant, le rire ne se monnaye pas, il est un don de soi. Il ne s’apprend pas, il se vit, tant il touche à l’intime et au plus profond de soi, le summum de l’humour étant bien dans cette autodérision qui consiste à rire de soi avec les autres !
En un mot comme en cent, qu’il soit subversif, corrosif, trait de caractère ou trait d’esprit, le rire apparaît une nécessité vitale dans nos professions.


Dans le même numéro

Critiques de livres

Coordonné par Brigitte Bouquet & Jacques Riffault

De l’humour et du rire dans le travail social