N° 784 | du 9 février 2006 | Numéro épuisé

Critiques de livres

Le 9 février 2006 | Patricia Delage

La psychiatrie en France quelles voies possibles ?


éd. ENSP, 2005 (96 p. ; 12 €) | Commander ce livre

Thème : Psychiatrie

Issu du rapport d’activité de la Mission nationale d’appui en santé mentale (MNASM), cet ouvrage précise comment la psychiatrie s’est profondément modifiée en France depuis environ une dizaine d’années. Les hospitalisations, les urgences psychiatriques, les structures ambulatoires, la prise en charge au long cours, le travail avec les familles, les différents publics que sont les adolescents, les personnes âgées, les personnes sous main de justice, les publics précaires, les sujets dépendants à l’alcool ou autres substances… etc., autant de thèmes ouverts à un débat nécessaire, d’autant plus nécessaire depuis l’évolution de la psychiatrie à la maladie mentale.

Il fallait donc reprendre le contexte historique et social de la prise en charge psychiatrique sur environ quarante années pour que le lecteur puisse comprendre son évolution, comprendre également le changement d’institutions, de législation, de dispositifs. Fort d’un maillage national de ses membres, la MNASM nous livre ici un instantané des nouvelles structures en matière de maladie mentale en France et nous amène à suivre son questionnement sur les structures existantes et sur leur avenir. Un changement semble donc nécessaire. Le rapport d’activité de la MNASM propose quelques réponses aux questions qu’il a lui-même soulevées dans ce qu’il nomme « un panier de services dans tous les secteurs et pour tous » : la place reconnue et le travail avec les familles, y compris associées au processus thérapeutique, la création d’un ensemble de dispositifs offrant une large palette d’intervention comme des services de soins de courte durée (pour période de crise aiguë), une continuité des services ambulatoires, la psychiatrie infanto-juvénile, les stratégies d’accompagnement…

Le plan ministériel de santé mentale annoncé en 2005 concernant les années 2005-2008 confirme cette prise en compte d’un besoin de changement, au-delà d’une prise de conscience collective liée à des situations dramatiques survenues dans l’année. Cet ouvrage, dense et documenté, aide fortement à dépasser ce sentiment de faits divers pour élargir le champ vers la compréhension d’un système capital dans la prise en charge médicale de certains patients relevant de la santé mentale.


Dans le même numéro

Critiques de livres