N° 643 | du 21 novembre 2002 | Numéro épuisé

Critiques de livres

Le 21 novembre 2002 | Patrick Méheust

La parentalité en questions

Sous la direction de Bernard Vossier


éd. ESF/Andesi, 2002 (210 p. ; 22,80 €) | Commander ce livre

Thème : Parentalité

Voyage au c ?ur de la parentalité, tel pourrait être le titre de cet ouvrage, fruit d’une collaboration entre l’Association nationale des cadres du social (Andesi) et l’éditeur ESF. Selon une méthode qui a désormais fait ses preuves, le concept de parentalité est ici abordé dans une perspective pluridisciplinaire par un certain nombre de chercheurs (sociologues, psychologues, etc.). La contribution de quelques acteurs de terrain concernés par les questions tournant autour de la fonction parentale a également été sollicitée.

Mais pourquoi donc tant d’agitation intellectuelle autour de ce concept ? Et bien, certainement, parce qu’on constate une multiplication des modèles et comportements familiaux qui interrogent voire bousculent l’institution « famille ». Mono parentalité, bi-parentalité, parentalité homosexuelle, pluriparentalité, familles recomposées, sont autant de formules existantes ou revendiquées, dans lesquelles l’exercice du rôle de parent constitue, effectivement, le n ?ud de l’affaire. Aussi, une démarche cherchant à explorer et clarifier le concept, avant qu’il ne soit par trop galvaudé, apparaît-elle fort opportune. Pour le psychologue, la parentalité peut se définir comme l’ensemble des réaménagements psychiques et affectifs qui permettent à des adultes de devenir parents.

C’est donc un processus maturatif qui permet de franchir la ligne de démarcation entre l’enfance et l’âge adulte. Mais les tentatives de définition les plus intéressantes sont celles qui s’appuient sur plusieurs axes de réflexion. Ainsi, la parentalité serait à la fois l’ensemble des droits et devoirs qu’acquiert tout parent à la naissance d’un enfant mais elle s’inscrirait aussi puissamment dans une dimension affective et imaginaire liée au sentiment intime éprouvé à l’égard d’un enfant en particulier. Enfin, la pratique quotidienne de la fonction parentale, bien qu’elle puisse éventuellement être déléguée à un tiers, participe largement du phénomène. La compétence parentale se décline ainsi, de façon variable, selon différentes directions. On mesure la richesse d’une telle analyse qui repose sur une lecture particulièrement fine d’une notion souvent considérée à tort comme allant de soi.

Le livre aborde encore bien d’autres thèmes. Le lecteur s’intéressera en particulier aux développements sur la suppléance parentale, expression qui désigne les divers contextes d’éducation extra familiale. En la matière, force est de constater que les placements des enfants tendent globalement à diminuer au profit de solutions en milieu ouvert qui s’efforcent de maintenir les liens entre parents et enfants. On ne peut que s’en féliciter.


Dans le même numéro

Critiques de livres