N° 1170 | du 1er octobre 2015

Critiques de livres

Le 1er octobre 2015 | Jacques Trémintin

Je suis victime • L’incroyable exploitation du trauma

Hélène Romano et Boris Cyrulnik


éd. Philippe Duval, 2015, (191 p. – 14,50 €) | Commander ce livre

Thèmes : Psychothérapie, Psychologie

Il ne survient plus d’évènement dramatique sans qu’une cellule psychologique ne soit déclenchée. Comment ne pas voir là une saine précaution permettant de prévenir les effets délétères du stress post-traumatique ? Après avoir lu Hélène Romano, qui a dirigé pendant onze ans la cellule d’urgence médico-psychologique (CUMP) de Seine-Saint-Denis et coordonné cinq cents dispositifs, on en est bien moins sûr. Car, réussir à apporter une contenance suffisante qui ne soit ni trop distante, ni trop intrusive ne s’improvise pas. La psychopathologie du soin psychique d’urgence nécessite de respecter la complexité et la singularité de chaque situation et de chaque personne qui y est confrontée.

Exactement le contraire de ce qui se passe sur le terrain. Les professionnels aguerris côtoient des bénévoles inexpérimentés. Le débriefing immédiat censé servir de catharsis peut s’avérer très violent, quand on brusque la parole, que l’on contraint à l’expression du vécu ou que l’on impose la prise en charge par un spécialiste. Les interventions sont préformatées, standardisées et planifiées à l’avance. La clinique de l’intime, de l’invisible et du silencieux est remplacée par le show de la spectacularisation, de l’impudeur et de l’exposition. La fièvre interventionniste court-circuite l’élaboration permettant de réfléchir avant d’agir, dépossédant les personnes de leur capacité à penser.

Notre société a vu un glissement sémantique du traumatisé vers la victime au point de devenir victimophile et traumatophobe : être reconnu implique d’exposer sans limites son histoire devant les témoins, les enquêteurs, la justice et les media. Or, rappellent avec force les auteurs, tout évènement de vie n’est pas susceptible de constituer un risque psychiatrique et toute personne exposée ne développera pas obligatoirement des troubles post-traumatiques invalidants.


Dans le même numéro