N° 1217 | du 16 novembre 2017

Critiques de livres

Le 16 novembre 2017 | Jacques Trémintin

Guerrier non violent

Yazid Kherfi


éd. La Découverte, 2017, (156 p. – 15 €) | Commander ce livre

Thème : Médiation

Quel est donc ce camping-car se garant, à la tombée de la nuit, au cœur des cités ? Son auvent déployé, ses projecteurs colorés allumés, des refrains de rap en sortant… Les petits s’en approchent timidement, puis les plus grands, un peu plus tard. Des jeux sont mis à disposition, ainsi que des thermos de thé et de café. Tout est mis en œuvre pour créer un terrain propice à la parole : c’est la médiation nomade créée par Yazid Kherfi, à l’intention des jeunes de quartier.
Ancien taulard, il a voué son existence à la prévention de la délinquance. Hier, il était poursuivi par les flics. Aujourd’hui, ceux-ci lui demandent des formations. Il intervient dans les prisons et sillonne les villes qui font appel à lui. C’est avec les acteurs locaux qu’il détermine où, quand et comment il peut le mieux agir. Il arrive quand le soleil se couche, au moment où il peut le mieux entrer en relation, quand la souffrance et le désespoir se font les plus vifs. Son passé carcéral le rend légitime auprès d’adolescents à la fois inquiets, curieux et fascinés par la figure du voyou. Lui n’a de cesse de désacraliser une délinquance trop souvent valorisée. Et il sait comment en parler connaissant les codes du monde de la criminalité et le cheminement qui mène tant à la prison qu’à la réinsertion.
Pour Yazid Kherfi, il n’y a aucun doute : il ne faut pas laisser ces jeunes isolés. Ce dont ils ont le plus besoin, c’est d’adultes bienveillants venant à leur rencontre. Faire tomber les préjugés des jeunes de quartier autant que de la société qui les regarde de travers : c’est bien la raison d’être de cette médiation nomade qui s’est déjà déployée au cours de plus 200 soirées dans une quarantaine de villes et qui ne demande qu’à essaimer.


Dans le même numéro