N° 1117 | du 12 septembre 2013

Critiques de livres

Le 12 septembre 2013 | Jacques Trémintin

Enseigner selon le type de personnalité

Marion Tamano


éd. ESF, 2013 (190 p. ; 14,20 €) | Commander ce livre

Thème : École

S’inspirant de la psychologie cognitive, voilà une méthodologie qui ne se focalise pas sur la seule performance des élèves. La conviction des auteurs est bien de tenter de démontrer combien la réussite scolaire ne dépend pas tant des capacités d’apprentissage des enfants que du mode de fonctionnement des profs. Comprendre les mécanismes à l’origine des relations entre soi et les autres, afin d’apprendre à les utiliser n’intéresse pas seulement les enseignants, mais aussi tous les autres métiers de la communication. D’où l’intérêt de cet ouvrage pour les travailleurs sociaux qui peuvent y trouver des outils à même de les aider dans leur quotidien.

Le fondement de cette approche, intitulée modèle ComColors®, s’appuie sur l’identification de six personnalités de base. Chacune d’entre elles est affublée d’une couleur et d’un indice mnémotechnique. Il y a d’abord le spontané et le ludique représenté par le jaune (comme les bulles de champagne). Puis vient le logique, le structuré et le compétent comparé au bleu (comme le bleu de travail). Le violet (comme l’habit des évêques) correspond à l’évaluateur, digne de confiance. S’ensuit l’aimable, chaleureux et dévoué qui est symbolisé par l’orange (comme une écharpe douce et chaude). On trouve encore le tranquille, réfléchi et distancié à qui est accolée la couleur verte (comme se mettre au vert). Enfin, il y a l’actif énergique associé au rouge (comme un volcan en éruption).

Chacun d’entre nous a plus particulièrement développé une personnalité dominante depuis son enfance. Les auteurs déclinent les effets des différents styles en les appliquant à plusieurs thèmes, que ce soit la zone de confort, de risque ou de danger à laquelle chacun est confronté, la motivation ou le travail en équipe, le stress ou le conflit. Il en va de même pour le style de pédagogie : le spontané utilisera plus souvent le jeu, là où le logique emploiera la pensée, l’évaluateur le sens, le chaleureux les sentiments, le réfléchi… sa réflexion et l’énergique l’action. Même s’il y a bien pour chacun une orientation dominante, la personnalité n’est pas pour autant monochrome, puisque nous possédons tous le potentiel d’utiliser les différentes facettes de notre palette personnelle au contact d’autrui.

L’humaine condition tissant en permanence des continuités et des ruptures, connaître son profil et identifier celui de son interlocuteur permet de décoder les réactions de chacun et de savoir s’adapter et modifier ses comportements en connaissance de cause. Fonctionner tel qu’on est n’empêche pas de découvrir ce qu’on pourrait être. Et c’est tout l’intérêt de cette méthodologie de donner les moyens de bien se connaître, non pour s’enfermer dans un mode de fonctionnement, mais pour essayer d’en changer.


Dans le même numéro

Critiques de livres