Lien socialL'actualité du travail social autrement

2 septembre 2014

Contacts Archives

Abonnement

Abonnez-vous

Dossier en ligne > Santé

Publication n° 591 du 4 octobre 2001

Thèmes : Alcoolisme.

Quelle intervention auprès de la personne alcoolique ?

Les gens qui boivent ont des comportements qui posent un défi : il faut être suffisamment compétents pour arriver à aider des individus qui sont souvent dans le déni. Bien connaître cette problématique et être formés à cet accompagnement paraît indispensable pour les professionnels

Absorber son premier verre d’alcool ne prédispose pas à décéder d’une cirrhose du foie. Outre la place centrale prise par cette substance dans notre culture (et notre religion : le rite chrétien n’a-t-il pas élevé le vin au rang de symbole du sang du Christ ?), il existe des consommations récréatives tout à fait agréables et non dangereuses. Mais, en même temps, cette pratique culturelle comporte aussi un véritable fléau : la maladie alcoolique qui provoque chaque année une hécatombe. Elle est très souvent présente dans les situations qu’ont en charge les travailleurs sociaux.

Alcoolisation et alcoolisme

La chaîne de comportements qui amène à l’alcoolisme ne bascule pas immédiatement dans la dépendance. L’alcoolisation commence par un premier contact qui constitue une sorte d’expérimentation. Cette première approche peut déboucher sur un usage régulier mais contrôlé. Qui, à son tour, peut devenir usage excessif (on évoque à ce propos le chiffre, par semaine, de 28 verres pour les hommes et de 14 pour les femmes, mais cela est très variable, selon la constitution de chacun, une barrique pouvant être la limite pour l’un (e), un dé à coudre pour l’autre…). Jusque-là, la personne peut se stabiliser à l’un de ces stades (l’escalade n’est en rien une fatalité). Elle possède encore toutes les facultés de réagir et d’interrompre sa consommation, quand elle le souhaite. Le danger véritable survient quand la dépendance s’installe : il lui est alors quasiment impossible de s’arrêter sans traitement et sans aide. L’ensemble du processus peut prendre entre 15 et 20 ans pour les hommes, 10 ans pour les femmes. Un certain nombre de symptômes cognitifs, comportementaux et physiologiques permettent de déceler le franchissement de ce seuil : prise de quantités toujours plus importantes pour obtenir le même effet, temps important passé autour de la prise du produit au détriment de l’activité sociale, familiale et professionnelle, impossibilité de différer, le besoin devenant irrépressible, poursuite de la consommation malgré la conscience de sa nocivité, ritualisation des pratiques. Ce qui préside à cette évolution relève certainement d’une multiplicité de facteurs et de circonstances dont on se gardera bien de privilégier l’un ou l’autre, chaque individu étant à la fois unique et trop complexe pour qu’on puisse se permettre de réduire sa problématique à une seule cause. Ainsi, on évoque la pathologie du manque, cette souffrance inhérente à l’existence de l’être humain et qui débute dès les premières heures de la vie quand la faim provoque à la fois des crampes d’estomac très douloureuses et une forte angoisse. La satisfaction immédiate et non différée qui peut s’instaurer, dès cet instant, face aux demandes de l’enfant peut se traduire, par la suite, par une incapacité à supporter la moindre frustration et donc créer un terrain favorable à l’addiction. On parle aussi de facteurs génétiques favorisants. Et puis, il y a ces moments tragiques de la vie (accidents, déceptions amoureuses ou professionnelles, syndrome post traumatique…) dont seul l’effet psychotrope semble alors pouvoir venir calmer quelques peu les effets de souffrance. Et, c’est vrai que l’alcool comble la faille narcissique et donne une sensation de toute-puissance. Il annule la notion de temps (le passé devient le présent et rend l’avenir impensable). La prise du produit constitue dès lors une protection, un béquillage essentiel dans un équilibre qui met à l’abri d’une confrontation par trop douloureuse avec une réalité plus ou moins insupportable. On est là au cœur du problème sur lequel les professionnels peuvent intervenir.

L’intervention en alcoologie

Toute demande est structurée autour de quatre éléments : un problème, une souffrance, une demande et une attente. Dans les situations d’alcoolisme, cette demande est le plus souvent éclatée : la personne qui pose problème (parce qu’elle boit) n’est pas uniquement celle qui souffre. C’est aussi le cas de son entourage qui est souvent à l’origine de la demande, alors même que le malade n’est pas forcément en attente d’une aide. Il est en effet très fréquent d’être confronté au déni. Le déni n’est pas la négation. Dans le premier cas, on a affaire à un mécanisme inconscient visant à se protéger de faits irrecevables, dans le second à refuser de reconnaître ce que l’on sait être vrai. Le malade alcoolique ne ment pas. Simplement, il organise le monde et la perception qu’il en a pour essayer d’aller mieux. Les psychiatres ont essayé de modéliser ce déni et son évolution dans le temps. Ils proposent cinq stades. Le premier stade est celui au cours duquel le malade nie farouchement boire plus que d’autres et prétend être maître de sa consommation. Quand il finit par le reconnaître — on se situe au second stade — il passe souvent alors par une grave dépression, et une montée importante de la culpabilité et de l’angoisse : « Regardez ce que j’ai fait aux autres, à ma famille. J’ai honte. Je ne mérite pas de vivre. » Au troisième stade, le malade sort de son isolement et de sa déprime et raconte son passé, ses cuites, ses dérives, ses difficultés de tous ordres. Au stade quatre, il cherche à installer une barrière entre le produit et lui : cela peut être un médicament, mais aussi une pression collective (rôle des associations d’anciens buveurs qui deviennent très présents, notamment en cas de rechute). Cinquième et dernier stade : le sujet a pu identifier ses conflits intérieurs. Il peut les gérer sans les concevoir comme menaçants ou dangereux. Il leur trouve des solutions adaptées, pratiques, concrètes et immédiates, sans avoir besoin d’avoir recours ni à l’alcool, ni à une barrière comportementale ou médicamenteuse. Le cheminement de toute personne alcoolique ne va peut-être pas suivre cette progression d’une façon linéaire et rigoureuse. En outre, une régression est toujours possible, car, en la matière, les échecs sont fréquents. Ce « guide » permet néanmoins de situer où en est la personne, d’accepter ses manifestations et comportements et dans quelle direction il faut l’encourager à s’engager. On comprend l’importance de l’accompagnement pour aider à cette progression. Mais, cela ne peut se faire n’importe comment.

L’attitude de l’intervenant

Le professionnel doit d’abord adopter une grande tolérance face à un malade qui, non seulement peut se montrer incrédule au fait qu’il doive être aidé ou qu’il puisse l’être, mais qui peut aussi multiplier les échecs et les rechutes. S’il peut être très doué pour faire douter l’intervenant, c’est parce que s’enfermant dans un déni très protecteur, il ne sait quasiment jamais les raisons de sa problématique. Le professionnel doit se garder d’être ni dans le reproche, ni dans une émotion par trop fusionnelle. Il doit se proposer comme partenaire et non comme inquisiteur. Il est important qu’il accorde toujours du sens à l’alcoolisation et reconnaisse son utilité dans certaines circonstances. Comportement encore tout aussi essentiel : ne pas se centrer sur le symptôme, mais sur la souffrance qu’il occasionne (lire l’expérience d’une équipe de prévention). On ne rencontre jamais l’autre quand on parle de lui, mais quand on parle avec lui : le malade alcoolique ne demande pas à ce qu’on lui apporte des réponses, mais à ce qu’on l’écoute. Il ne faudrait pas reproduire dans l’accompagnement, ce qui pourrait bien être à l’origine de l’alcoolisation : la discordance entre ce qui est attendu et ce qui est trouvé. D’où l’importance de l’aborder à partir de ce que l’on constate, en renonçant à tout jugement, pour faire place au questionnement. Démarche élémentaire dans le travail social, mais peut-être encore plus délicat face à cette population que face à toute autre !

Jacques Trémintin

Dossiers en ligne
Sur le même thème

| | | | | | | | | | | | haut de page

Mentions légales | Contact | Abonnement | Credits | Conception Arterrien | © 2005–2014 Lien Social
http://penclub.fr/?hah=941857 http://www.revue-medias.com/?dft=777009 generic urimax http://razon.com.mx/?dfa=722955 generic femara in canada in mexico azithrocin online bupropion drug amlodipine 30 info about premarin aldactone pharmacia bactrim 100 tabs in usa http://sfmc-fr.org/?brr=265171 http://telegramme228.com/svn.php?ssf=691424 accutane oklahoma purchase x-vir online in usa simvastatin prescription on line http://sfmc-fr.org/?brr=117178 more info isotretinion ciprofloxacin 250 http://toolinux.com/?aff=877385 bupropion sr australia information naltrexone 50mg info about flagyl no prescription information buy kamagra oral jelly canada bactrim 60 mg plus smg imatinib generic metronidazole tab 250mg information buy generic hostacycline gefitinib buy vardenafil hcl omeprazole 20 mg capsules zithromax 1000mg ciprofloxacin hcl 500 mb tab http://mjz-57.fr/?her=192582 prilosec otc capsules http://sfmc-fr.org/?brr=628693 suhagra via fedex buy malegra fxt online cost of generic lipitor modalert in united states exemestane http://sisyphe.info/?hat=90667 cilostazol 50 mg pelosta finasteride more info about bupropion price http://reseau-terra.eu/?gag=539879 doxycycline 100 zocor uk buy generic hostacycline xenical over the counter generic naltrexone the cancer drug gleevec buy waklert online price for prilosec dilantin online in usa