N° 799 | du 1er juin 2006 | Numéro épuisé

Faits de société

Le 1er juin 2006

L’accessibilité, au-delà des promesses électorales

Joël Plantet

Chirac en avait fait une priorité, un « grand chantier » du quinquennat. La loi du 11 février 2005 a rappelé aux administrations certaines de leurs obligations quant à la prise en charge du handicap. Récemment, à Paris, la SNCF mettait en lumière son « laboratoire de l’accessibilité »

Début 2005, des cheminots, yeux bandés ou oreilles bouchées, avaient testé vingt-six grandes gares en fauteuil roulant, dressant le brutal constat d’un parcours d’obstacles et identifiant mille difficultés. Celles-ci sont d’ailleurs mieux repérées pour les personnes en fauteuil roulant que pour les handicapés sensoriels ou mentaux. Parmi 900 millions de voyageurs qui, chaque année, transitent par les différentes gares, 430 000 personnes en situation de handicap ont été aidées par la SNCF l’an dernier (dont 147 500 en fauteuil roulant et 109 000 aveugles). Certes, les dernières gares construites — celles du TGV Méditerranée par exemple — et les trains de la dernière génération apportent quelques améliorations. Mais force est de constater — exemple parmi d’autres — que les hauteurs des quais restent très différentes, variant entre 38,5 cm et 1,10 mètre…

Une gare laboratoire de l’accessibilité était inaugurée le 18 mai à Paris-Montparnasse en présence de Jacques Chirac, s’il vous plaît. Dans un premier temps et jusqu’en juillet, des enquêteurs recueilleront les suggestions des voyageurs handicapés pour améliorer l’accessibilité : personnes aveugles et malvoyantes sur les bandes podotactiles de guidage au sol, voyageurs sourds et malentendants sur les « boucles magnétiques » branchées sur la sono des guichets de vente, clients en fauteuil sur la hauteur des panneaux d’information et sur les élévateurs permettant de passer du quai au train… Pour l’ensemble des personnes handicapées, un visio-guichet sera testé, permettant d’entrer en contact avec un agent dès l’entrée dans la gare, de même qu’un ascenseur muni de commandes visuelles et sonores, avec des propositions de signalétique simplifiée.

Des parcours seront testés, avec bornes visio-sonores de guidage, marquage en braille, traitement des escalators. Déjà développé, le personnage virtuel Clara — qui traduit en langue des signes des annonces sonores — doit être validé et développé. Des thèmes liés aux nouvelles technologies sont actuellement examinés, tel le transfert d’informations sur téléphone portable ou la géolocalisation. L’enquête devrait porter au total sur plus de 1200 personnes handicapées et 600 valides. À l’issue de cette expérimentation, la SNCF arrêtera les équipements entrant dans le cadre de l’aménagement des gares.

Dix ans maximum pour la mise en conformité des lieux

Le 16 février dernier, un comité consultatif des personnes handicapées et à mobilité réduite avait vu le jour, avec trois commissions de travail : sur l’accessibilité des gares, l’élaboration d’un schéma directeur d’accessibilité national (qui devront être élaborées avant le 12 février 2008) et l’aménagement des trains. En septembre prochain, une réunion plénière doit faire le point des avancées.

Plus ou moins convaincantes, quelques nouveautés sont mises en avant : un TGV accessible à tous, pensé en concertation avec les associations de personnes handicapées, devrait voir le jour en… 2012. Un guichet « pour tous » est en train de faire son apparition, avec façade incurvée permettant aux clients en fauteuil roulant d’avoir une transaction plus confortable. Un autorail grande capacité a progressivement été mis en service dans différentes régions, offrant une bonne accessibilité aux voyageurs en fauteuil roulant. Un nouveau service, Accès plus, permettra à un voyageur handicapé d’organiser son trajet depuis son entrée dans la gare de départ jusqu’à sa sortie de la gare d’arrivée.

Les douze directions régionales de Réseau ferré de France (RFF) sont dotées d’un correspondant « accessibilité », a rappelé son président, Michel Boyon, en promettant l’achèvement de différents diagnostics pour la fin de l’année. Quelques priorités ont été définies : mise en place, chaque année, de cent kilomètres de bandes d’éveil de vigilance en bordure de quai ; rehaussement des quais, même partiel ; quinze nouvelles gares mises en accessibilité d’ici à la fin 2006, et quarante en 2007.

La loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées stipule que les établissements recevant du public doivent permettre à toute personne handicapée d’y accéder, d’y circuler et d’y recevoir les informations diffusées. Un délai de dix ans maximum est accordé pour la mise en conformité des lieux (avec dérogations exceptionnelles en cas d’impossibilités techniques, de contraintes liées à la conservation du patrimoine architectural ou de disproportion entre les améliorations apportées et leurs conséquences). Du pain sur la planche.